Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Tendances

Améliorer les conditions de travail des agricultrices

La délégation sénatoriale aux droits des femmes s'est penchée sur la condition des agricultrices. Sur 462 000 chefs d'exploitation recensés en France, 24 % sont des femmes. La délégation a publié le 12 juillet un rapport listant 40 propositions pour améliorer leurs conditions de travail.

Par Vincent Dufau - Publié le 02/08/2017 à 16:21

Commenter

Partager :

L’agriculture est encore considéré comme un milieu masculin. Un rapport de la délégation sénatoriale aux droits des femmes, publié le 12 juillet, évoque pourtant une évolution dans les faits, sinon dans les mœurs. Depuis 2000, 24 % des chefs d’exploitations ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

Des idées pour améliorer les conditions de travail des exploitantes

La délégation sénatoriale propose une quarantaine de mesures visant à faciliter la vie de ces agricultrices. Le rapport préconise ainsi de ne plus attribuer l’aide à l’installation en fonction de l’âge, mais plutôt si l’exploitant ou l’exploitante en est à sa première installation. L’idée est de pallier au fait que les femmes s’installent généralement plus tard que les hommes.

Le rapport préconise aussi la consolidation du statut social des agricultrices, leur retraite, et leur reconnaissance auprès des acteurs agricoles. Selon les études de la délégation, les agricultrices ont plus de mal à obtenir des prêts que les agriculteurs, parce que le métier est encore trop souvent considéré comme un « travail d’hommes ». Pourtant, avec la mécanisation, plus rien n’empêche les femmes d’être au moins aussi performantes.
Enfin, le rapport vise aussi à encourager les vocations des jeunes femmes qui souhaitent devenir exploitantes, et à favoriser leur accession aux postes dirigeants des instances agricoles. À ce titre, Christiane Lambert est citée comme exemple : cette éleveuse de porcs en Anjou a été élue présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) le 13 avril 2017.

Crédit photo de couverture : ministère de l’Agriculture

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *