Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open agrifood 2017 : l’avenir de l’alimentation française en débat

Modes de production

Mutualiser le matériel agricole, une pratique gagnant-gagnant

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

Concours

Innov’agro : les étudiants à la recherche des services agricoles pour demain

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

La commission des finances de l'Assemblée nationale s'est prononcée le 9 novembre pour un report de la suppression des aides d'État destinées au maintien en agriculture biologique, de 2018 à 2019.

Par Eloi Pailloux - Publié le 13/11/2017 à 18:07

Commenter

Partager :

La disparition de l’aide d’État « au maintien » pour l’agriculture biologique pourrait être plus progressive que prévu. C’est en tout cas le sens du vote, le 9 novembre, de la commission des finances. Un amendement retenu par les députés y siégeant prolonge le mécanisme jusqu’en 2019, quand Stéphane Travert avait annoncé en septembre que l’État se désengagerait dès 2018. Les aides au maintien en bio viennent soutenir les agriculteurs bio dans les premières années qui suivent leur conversion. Une baisse progressive du montant serait toutefois prévue afin de préparer les producteurs à l’arrêt de cette aide. L’amendement devra être revoté en séance pour être adopté.

Un sujet épineux pour le ministre

Stéphane Travert devrait réagir ce mardi 14 novembre : le sénateur Joël Labbé (EELV) a prévu de l’interroger à ce sujet lors des questions d’actualité au gouvernement. L’occasion, pour le ministre de l’Agriculture d’éclaircir ses positions en matière de bio, parfois ambigües ces dernières semaines. « C’est au marché de soutenir le maintien de l’agriculture biologique, car la demande est là », avait-il analysé fin septembre, au moment d’annoncer la fin des aides d’État.

Régulièrement relancé sur le sujet, il n’a guère commenté ce choix stratégique depuis, évoquant plus volontiers son choix de maintenir le crédit d’impôt pour l’ensemble des producteurs bio, ou le travail effectué par ses services pour combler le retard pris pour les paiement des aides européennes 2015 et 2016.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *