Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Loi Égalim : grosse colère des sénateurs contre le texte voté par l’Assemblée

Initiative

Open Agrifood, une vitrine pour les initiatives agricoles innovantes

Pesticides

Manifeste anti-pesticides : le coquelicot, symbole d’un casse-tête agricole

Politique

Passation Hulot-Rugy : l’agriculture absente des discours

Bio

La parité, une question aussi pour l’agriculture biologique

Bio

Bio : augmentation des surfaces, du chiffre d’affaires… et des importations

La filière bio présente ses chiffres pour 2017. La tendance est positive en termes de surfaces agricoles converties, d'emplois et de chiffre d'affaires global, mais aussi en termes d'import. La France peine notamment à satisfaire la demande nationale en fruits et légumes.

Par Eloi Pailloux - Publié le 07/06/2018 à 14:51

Commenter

Partager :

agriculture bio

Pour Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio, l’élan politique donné par la loi Égalim et le plan Ambition bio 2022 doit permettre d’entretenir la bonne dynamique de la filière.

L’Agence Bio a dévoilé, le 1er juin à Paris, son bilan chiffré de la filière bio pour l’année 2017. En termes de surface, le label est désormais de rigueur sur 1,78 million d’hectares en France, soit 6,6 % de la surface agricole utile nationale, contre 1,54 Mha en 2016. Près de 37 000 agriculteurs bio contribuent à cette augmentation.

Et les exploitants ne sont pas seuls : sur près de 135 000 emplois directs pourvus par la filière bio, 88 400 relèvent de la seule agriculture (+13,7 %). Les autres emplois dépendent notamment de la transformation et du conditionnement des produits agricoles (12 286 postes, +15,9 % par rapport à 2016) et de la distribution (4783 postes, +19,1 %).

8,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires

Ce dynamisme de l’ensemble du secteur se ressent en termes économique : le marché des produits alimentaires biologiques atteint plus de 8,3 milliards d’euros, (+17 % en un an). Parmi les chiffres du secteur, un bémol toutefois : le bio importé progresse de 31 %. Fin 2017, il représentait 29 % du volume bio consommé en France. Dans le détail, 30 % des légumes et 60 % des fruits sont importés. « L’ambition à moyen terme est d’atteindre une autosuffisance pour certaines cultures », rappelle l’Agence Bio.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *