Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Conseil national de la restauration collective : des aliments plus durables au menu

Politique

« Affaire du siècle » : quatre ONG attaquent l’État pour inaction climatique

Communication

« En 20 ans, le lien entre agriculture et environnement a changé », Étienne Davodeau, auteur de BD

Élevage

Lancement d’une réflexion sur un étiquetage spécifiant les modes d’élevage

Edito

Agriculteur agressé : un fait divers à condamner sans ambiguïté

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Après y avoir inscrit des objectifs liés au bio dans les cantines, le gouvernement doit acter, dans la loi, la création d'une aide pour les atteindre. C'est en tout cas ce que demande la Fondation pour la nature et l'Homme, qui espère un fonds doté de 330 M€.

Par Eloi Pailloux - Publié le 08/11/2018 à 17:39

Commenter

Partager :

C’est désormais inscrit dans la loi : la restauration collective devra, d’ici 2022, servir au moins 50 % de produits sous signes de qualité dont 20 % de produits bio. Autre mesure : un repas végétarien devra être servi chaque semaine dès 2019, et un plan pluriannuel de diversification de protéines est attendu pour certains établissements de restauration collective. Pour la Fondation pour la nature et l’Homme (FNH), ex-Fondation Nicolas Hulot, ces ambitions nécessitent « outillages et investissements. »

Éviter de faire régler la facture au citoyen

La structure milite ainsi pour un fonds de 330 millions d’euros à débloquer pour les acteurs de la restauration collective. Ce « Bonus cantine bio » serait à intégrer au projet de loi de finances 2019 pour envoyer « un signal fort ». Cette aide d’État viserait à financer l’investissement nécessaire à l’évolution des approvisionnements, mais pas uniquement. La formation des personnels à la lutte contre le gaspillage alimentaire est également citée. Selon FNH, il conviendrait de cibler prioritairement les territoires « les plus fragiles où le repas en restauration collective est souvent le seul repas équilibré de la journée », afin d’éviter de faire payer cette montée en gamme par le citoyen.

À ce jour, seuls 2,9 % des produits servis en restauration collective sont bio.

Photo Julien Claudel (Mouans-Sartoux)

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *