Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Bio

L’observatoire de la restauration collective bio montre la voie à la loi Égalim

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Climat

La Poste expérimente un financement à base de « crédits carbone » pour la gestion durable des haies

Alimentation

Les projets agricoles finalistes des « Excellences » Open Agrifood sont connus

Biodiversité

Rapport Planète vivante WWF : les activités humaines de plus en plus lourdes pour la biodiversité

Pesticides

Ce qu’il faut savoir sur le métam-sodium, pesticide à l’origine d’intoxications dans le Maine-et-Loire

Le métam-sodium, matière active phytosanitaire déjà sur la sellette au niveau français et européen, refait parler de lui. Son utilisation en Maine-et-Loire, dans des conditions qui semblent non réglementaires, a provoqué des intoxications. Le préfet du département suspend son autorisation.

Par Gaelle Gaudin - Publié le 15/10/2018 à 17:04

Commenter

Partager :

Des cas d’intoxication humaine plus ou moins sévères au métam-sodium, survenus en deux semaines dans deux communes du Maine-et-Loire, ont conduit le Préfet du département à prendre un arrêté suspendant l’autorisation de pesticides à base de cette molécule. Le métam-sodium peut être employé à usage nématicide, insecticide, fongicide et herbicide. Cette mesure est valable jusqu’au 26 octobre 2018, et « pourrait être reconduite en fonction de la situation météorologique et des vérifications en cours auprès de la profession sur les conditions d’utilisation du produit », précise un communiqué de presse de la préfecture.

La préfecture évoque un possible « non-respect des restrictions d’application »

Car cet incident vient rappeler que la dangerosité d’un pesticide ne dépend pas uniquement de sa composition, mais aussi des conditions dans lesquelles il est utilisé. L’application de métam-sodium en plein champ doit, selon la réglementation européenne, se faire par injection dans le sol ou par irrigation goutte à goutte. Un arrêté préfectoral du Maine-et-Loire, en date du 20 janvier 2017, précise par ailleurs l’obligation de « refermer » immédiatement le sol après injection et de « fixer le produit dans le sol par arrosage immédiat et maîtrisé ». Selon la préfecture du département, les préconisations de cet arrêté « ne semblent pas avoir été respectées dans les cas survenus à Brain-sur-l’Authion et Mazé Milon. »

Comme le sous-entend la communication de la préfecture, les conditions climatiques ont également leur importance. Ainsi, la température exceptionnellement élevée du sol cette année rendrait le produit volatil.

Un produit déjà dans le viseur en France et en Europe

Le métam-sodium, qui fait partie des substances dont l’Europe envisage la substitution, est identifié par la France comme faisant partie des plus préoccupantes. Le rapport de trois inspections publiques*, sur lequel s’appuie la feuille de route gouvernementale visant la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, recommande de donner les moyens à l’Anses pour se pencher rapidement sur la molécule.

* Inspection générale des affaires sociales, Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux, Conseil général de l’environnement et du développement durable

Ils vous intéresseront peut-être

3 réponses sur “Ce qu’il faut savoir sur le métam-sodium, pesticide à l’origine d’intoxications dans le Maine-et-Loire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *