Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Céréaliers : une bonne image à développer en répondant davantage aux attentes environnementales

Politique

Interdiction du glyphosate dans la loi : encore raté !

SIA 2019

SIA 2019 : Odyssée végétale, un stand captivant (au sens propre !)

SIA 2019

SIA 2019 : le #VillageSemence mise sur la biodiversité

Politique

Grand débat : Emmanuel Macron aborde la question de l’avenir agricole

Biodiversité

Chambres d’agriculture et Ligue de protection des oiseaux, partenaires pour la biodiversité

« Des terres et des ailes ». C'est le nom d'un projet commun en la Ligue de la protection des oiseaux (LPO) et les chambres d'agriculture. L'objectif est d'encourager les pratiques favorables à la biodiversité sur les exploitations agricoles, et de les mettre en valeur.

Par Eloi Pailloux - Publié le 18/10/2018 à 12:38

Commenter

Partager :

« Il n’est plus temps de stigmatiser les agriculteurs, il faut leur donner les moyens d’agir. » Par cette déclaration, Allain Bougrain Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) marque sa détermination à co-construire, avec le secteur agricole, des projets en faveur de la biodiversité. C’est dans ce sens que l’ONG et les chambres d’agriculture ont présenté, le 12 octobre 2018, un partenariat lié autour de la démarche « Des terres et des ailes ».

Recenser les aménagements favorables à la biodiversité

L’objectif est de mutualiser l’énergie de l’ONG et des chambres pour favoriser les oiseaux communs des campagnes. La démarche est concrétisée à travers un site déjà en ligne, qui recense une dizaine d’aménagements, mais également des conseils pour choisir lesquels privilégier. Ce site liste les aménagements effectivement mis en place. « Il s’agit de valoriser les actions de terrain, explique la LPO. Les contributeurs sont invités à poster des photos, des conseils… » Pour le moment, seize agriculteurs sont concernés, pour 21 aménagements paysagers, 31 hectares de surfaces enherbées et 300 mètres linéaires de haies plantées.

Les chambres d’agriculture et la LPO espèrent une « participation massive » des agriculteurs, jugée « nécessaire » pour retrouver les conditions favorables à l’accueil des oiseaux et petits animaux. « Aucun objectif n’est donné pour le moment, précise Dominique Aribert, directrice du pôle protection de la nature à la LPO. L’idée est plutôt de voir, la première année, combien s’engageront, pour pouvoir ensuite se donner un cap de plus en plus ambitieux. »

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *