Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Loi Égalim : grosse colère des sénateurs contre le texte voté par l’Assemblée

Initiative

Open Agrifood, une vitrine pour les initiatives agricoles innovantes

Pesticides

Manifeste anti-pesticides : le coquelicot, symbole d’un casse-tête agricole

Politique

Passation Hulot-Rugy : l’agriculture absente des discours

Bio

La parité, une question aussi pour l’agriculture biologique

Élevage

Communiquer pour conforter les baisses d’utilisation d’antibiotiques en élevage

Le ministère de l'Agriculture lance une campagne de communication dédiée aux filières d'élevage. Sa thématique : la limitation des usages d'antibiotiques. Une cause importante en médecine vétérinaire, qui présente des résultats très positifs en la matière.

Par Eloi Pailloux - Publié le 30/08/2018 à 17:15

Commenter

Partager :

Pour les humains, « Les antibiotiques, c’est pas automatique. » Pour les animaux, « Les antibios, comme il faut, quand il faut. » Chaque type de médecine à son slogan, mais la cause est la même : limiter les recours, pour préserver leur efficacité. En effet, un usage trop soutenu facilite le phénomène de résistance : les bactéries s’adaptent plus vite pour contourner l’action de l’antibiotique.

-37 % des usages sur 2012-2016

Le ministère de l’Agriculture diffuse, depuis le 29 août et jusqu’au 5 novembre 2018, une campagne de communication articulée autour du plan national Écoantibio. La presse spécialisée sera, comme pour l’année 2017, le support de cette campagne qui s’adresse aux éleveurs, aux vétérinaires et pour la première fois aux propriétaires d’animaux de compagnie.

Cousin du plan Écophyto, centré sur les pesticides, la version 1 du plan Écoantibio s’est étendue sur la période 2012-17. Le bilan est jugé « très positif » par le ministère, avec une baisse de 37 % de l’utilisation des antibiotiques vétérinaires entre 2012 et 2016. Le plan Écoantibio 2 cherche à inscrire dans la durée la réduction de l’exposition des animaux aux antibiotiques.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *