Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Loi Égalim : grosse colère des sénateurs contre le texte voté par l’Assemblée

Initiative

Open Agrifood, une vitrine pour les initiatives agricoles innovantes

Pesticides

Manifeste anti-pesticides : le coquelicot, symbole d’un casse-tête agricole

Politique

Passation Hulot-Rugy : l’agriculture absente des discours

Bio

La parité, une question aussi pour l’agriculture biologique

Communication

Coquelicots et pesticides : qu’en pensent les agriculteurs ?

Lancé le 12 septembre par Charlie Hebdo et signé par une centaine de personnalités, le « Manifeste des coquelicots » s'oppose à toute utilisation de pesticides en agriculture. Si le mouvement a connu une certaine résonance auprès du grand public, les agriculteurs n'ont pas manqué de réagir.

Par Eloi Pailloux - Publié le 14/09/2018 à 17:31

Commenter

Partager :

Le mot « coquelicots » a été énormément utilisé sur les réseaux sociaux, suite au manifeste lancé par Charlie Hebdo le 12 septembre. Ses signataires demandent l’interdiction pure et simple des pesticides en agriculture. De nombreux « twittos » se sont enthousiasmés et ont communiqué leur adhésion à ce mouvement. Beaucoup d’agriculteurs ont également réagi, avec leurs mots, grâce au hashtag #mescoquelicots.

Arguments de terrain

Le choix du coquelicot comme symbole du manifeste interpelle. De nombreux agriculteurs ont posté des photos de leurs parcelles, témoignant de la présence encore abondante de cette fleur, à condition de choisir la bonne saison pour les chercher. D’autres ont simplement rappelé la nuisibilité du coquelicot, en concurrence avec les cultures et menaçant leurs rendements, et par là l’équilibre économique de leur exploitation. Le risque sanitaire de récoltes « parasitées » par les coquelicots est aussi évoqué.

Les débats sur les pesticides ne seront certainement pas tranchés en 280 caractères, sur les réseaux sociaux. Mais si le grand public est de plus en plus exigeant sur les aliments qui terminent dans les assiettes, il garde une certaine estime et une certaine confiance pour les agriculteurs eux-mêmes. Le fait que ceux-ci s’approprient les débats et prennent la parole pourrait être un moyen plus efficace que les communiqués des grandes organisations agricoles pour rappeler toute la complexité de l’enjeu « pesticides » dans leur métier.

Les coquelicots fleurissent en juin, difficile de les voir auj ! Mais encore présents dans nos campagnes. Dans les champs, leur population est maitrisée car invasifs et pénalisant pr la culture en place et celles qui suivront (1 pied = 50 000 à 200 000 graines). #mescoquelicots pic.twitter.com/XKedNnIEYL

— Nadège PETIT (@agri_zoom) 11 septembre 2018

J’avais deux choix possibles :
– le laisser pour faire plaisir à Mr @Veillerette et #nousvoulonsdescoquelicots
– le couper pour pérenniser mon exploitation car un coquelicot, c’est plus de 100 000 graines …
A votre avis, j’ai fait quoi ??? 😉😉😉 #mescoquelicots pic.twitter.com/uhFVVdqhPA

— GUYOT Vincent (@GuyotVincent02) 13 septembre 2018

Emblème de #flower by @kenzo, #mesCoquelicots sont encore bien présents ds la nature, son « lait » est toxique, il est dc important de maîtriser son développement. pic.twitter.com/RK4EBHFPDQ

— FarmerSéb (@farmers3b) 11 septembre 2018

#mesCoquelicots
Bateau 🇫🇷 refusé en 2017 par 🇪🇬 en raison de la présence de #coquelicots = puppies
Risque sanitaire…

Egypt may reject French wheat as tough inspections rattle trade | Article [AMP] | Reuters https://t.co/HDM6lTJ8fG

— Agritof80 – No Papaver Rhoeas (@agritof80) 11 septembre 2018

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *