Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Europe

Débat sur les pesticides dans les surfaces d’intérêt écologique

La commission Agriculture du Parlement européen a rejeté le 30 mai une proposition visant à interdire l'utilisation de pesticides sur les surfaces d'intérêt écologique dans les exploitations agricoles. La Ligue de protection des oiseaux s'insurge contre cette décision. Décision finale le 12 juin.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 01/06/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

La Ligue de protection des oiseaux (LPO), association de protection de l’ensemble de la biodiversité française, s’indigne d’une décision de la commission Agriculture du Parlement européen dans un communiqué du 30 mai. Le même jour, cette dernière rejetait une proposition de la Commission européenne visant à interdire l’utilisation des pesticides sur les surfaces d’intérêts écologiques et les zones dédiées à la conservation de la biodiversité. Ces zones doivent constituer au moins 5 % des surfaces cultivées d’un exploitant pour que celui-ci puisse prétendre aux aides écologiques de la Politique agricole commune (Pac). Selon la LPO, de nombreux agriculteurs ne respectent pas cette norme et utilisent ces surfaces et les aides allouées pour y pratiquer une culture intensive.

Un mauvais message envoyé avant la réforme de la Pac

La LPO souligne que la teneur de ce message envoyé par la commission Agriculture est de mauvais augure pour la réforme de la Pac qui doit bientôt avoir lieu. Le président de l’association Allain Bougrain-Dubourg estime que « le nouveau gouvernement français doit peser de tout son poids sur les instances européennes pour qu’elle prennent enfin la mesure de la double exigence écologique et démocratique. » La décision finale sera rendue le 12 juin, lors de la séance plénière du Parlement, à laquelle l’ensemble des députés européens pourront faire valoir leurs points de vue.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *