Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

Recyclage

Des médicaments à partir de déchets organiques

Le projet Biorare développe une nouvelle technologie : l'électrosynthèse microbienne. Avec ce procédé, les déchets organiques peuvent être dégradés en molécules d'intérêt, qui elles même serviront à produire des médicaments ou du biocarburant.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 01/06/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

 width=

Dispositif expérimental d’électrosynthèse microbienne (Crédit photo : Cécile Bittoun)

Chaque année, près de 45 millions de tonnes de déchets organiques sont générés en France. Pour les recycler, se développe la bioraffinerie environnementale, parallèlement à la méthanisation ou au compostage. Elle consiste à produire des molécules spécifiques à partir de déchets agricoles, par exemple.

Dans ce domaine,  le projet Biorare* a développé une nouvelle technologie : l’électrosynhtèse microbienne. Depuis 2011, six années de recherche ont permis de mettre au point cette technique consistant à dégrader des déchets organiques grâce à un courant électrique qui va les oxyder. Ce faisant, les déchets libèrent du CO2 et des électrons, qui vont être captés par des microorganismes. Ces derniers vont alors utiliser ces dégagements pour synthétiser des molécules spécifiques, comme des alcools ou des acides, dites « molécules plateformes ». Plateformes car elles sont assez « basiques » et peuvent être utilisées pour de nombreuses applications, comme la fabrication de médicaments ou de biocarburant par exemple.

Un projet écologique du début à la fin

Assez novateur sur le plan scientifique, la technique se veut durable même dans son application. Ce processus était connu il y a plusieurs années, mais avec de l’eau comme matière première. En utilisant des déchets, l’électrosynthèse microbienne s’inscrit dans un cycle durable et nécessite par ailleurs deux fois moins d’électricité. Bien qu’il reste des améliorations à apporter, le contrôle exercé sur la production et les rendements très élevés font de ce processus une étape très intéressante du recyclage des déchets. Associé à la méthanisation dans le traitement, de déchets, entre autres, agricoles, il présente une performance environnementale supérieure aux solutions de traitements actuelles.

* Financé par le Programme d’investissement d’avenir, le projet Biorare a été suivi par l’Agence nationale de la recherche (ANR), et a été piloté par l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) et ses partenaires : le Centre national de recherche scientifique (CNRS) et l’Institut national de recherche agronomique (Inra) et Suez.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *