Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Tomates « sans résidu de pesticides » d’Intermarché, une démarche qui fait débat

Politique

La Commission européenne veut « revoir le chapitre environnemental de la Pac »

Pesticides

Néonicotinoïdes : l’interdiction en France est effective

Pesticides

Pesticides : plus de budget pour trouver des alternatives et les faire connaître

Nouvelles technologies

Ferme agro-écologie 3.0, deux ans d’innovations

La ferme agro-écologie 3.0 dans la Somme a ouvert ses portes aux acteurs du monde agricole le 8 juin 2017. Les visiteurs ont pu découvrir les nouvelles technologies élaborées par une trentaine de start-up.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 13/06/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

La Chambre d’agriculture de la Somme a mis en place en 2015 une ferme agro-écologie 3.0, sur l’exploitation de Jean-Marie Deleau, à Aizecourt-le-Haut. Le 8 juin, la ferme a été visitée par de nombreux professionnels agricoles, pour découvrir les nouvelles technologies et les pratiques culturales visant une agriculture durable avec un faible impact environnemental.

Mégadonnée et robotique

Éviter les gaspillages, intervenir uniquement quand c’est nécessaire… Pour y parvenir, de nombreuses start-up développent de nouvelles technologies fondées sur la mégadonnée et la robotisation. Par exemple, ont été présentés sur le site un robot qui désherbe automatiquement les rangées de salade, ou des boitiers connectés à positionner dans les ruches qui renseignent l’apiculteur sur leur état.  Autre ambition : la reconnaissance des mauvaises herbes par des drones pour cibler l’application d’herbicides. En analysant la lumière qu’ils reçoivent, renvoyée par chaque plante de façon unique, les drones pourraient détecter les zones où les mauvaises herbes sont présentes.

Des pratiques innovantes sur les cultures

L’exploitant et les conseillers de la Chambre d’agriculture travaillent toute l’année sur de nouvelles pratiques. Matthieu Preudhomme, responsable des expérimentations, teste des modalités de culture de la pomme de terre, afin de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Une zone dédiée à abriter la faune dite « auxiliaire de culture » permet par exemple de réduire le nombre d’insectes ravageurs des cultures. Les cultures intermédiaire piège à nitrates (Cipan)  qui captent l’azote de l’air entre deux cultures de pommes de terre, enrichissent naturellement le sol en élément organique et en azote.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *