Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Tomates « sans résidu de pesticides » d’Intermarché, une démarche qui fait débat

Politique

La Commission européenne veut « revoir le chapitre environnemental de la Pac »

Pesticides

Néonicotinoïdes : l’interdiction en France est effective

Pesticides

Pesticides : plus de budget pour trouver des alternatives et les faire connaître

vins-et-autres-boissons

Un jus de pomme primé, fruit d’un travail minutieux

En lui décernant le Prix d'Excellence 2018, le jury du Concours général agricole a confirmé l'excellence des jus de fruits de la Ferme Fruitière. Plongée dans ses vergers.

Par Charles-Albert Bareth - Publié le 26/07/2018 à 15:51

Commenter

Partager :

Photo Floriane Ravard-CGA

Daniel Cachot ne se dédiait pas à la production de jus de pomme. Né à Dijon d’un père propriétaire de plusieurs ruches, ce jeune exploitant reprend à son compte la passion paternelle et se lance dans l’apiculture. Mais un hiver sévère, lors duquel il perd la moitié de ses ruches, combiné à un prix du miel trop faible, lui font abandonner la profession à la fin des années 80.

Nectar plus ultra

Daniel Cachot se tourne alors vers l’arboriculture fruitière. Avec une simple formation de la Chambre d’agriculture, l’ancien apiculteur se lance dans la production de fruits à Broin, une petite ville de la Côte-d’Or. Un choix judicieux : le cultivateur produit désormais à la Ferme Fruitière un des meilleurs jus de fruit de l’Hexagone. Détenteur du prix d’excellence du Concours général agricole, le Bourguignon a également remporté une médaille d’or pour son jus de pomme « Nectar plus ultra ».

Concilier qualité gustative et agriculture responsable

La supériorité de son nectar, Daniel Cachot l’attribue à petite taille de son verger de 12 hectares permettant une meilleure sélection des fruits alors que ses pommes, issues des variétés Golden, Gala, Elton, Régali et Fuji, sont largement cultivées par d’autres arboriculteurs. Si l’exploitation travaille en conventionnel, elle revendique son engagement dans une « agriculture responsable », pour un produit le plus sain et le plus naturel possible.

La retraite ? Pour ce passionné de 60 ans, ce n’est pas d’actualité : « Officiellement, je pourrais la prendre… mais je continue. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *