Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Bio

Bio : le cuivre reste autorisé en tant que fongicide pour les cultures

Alimentation

Les « Excellences Open Agrifood », démarches alimentaires durables, sont connues !

Élevage

Carrefour, LSDH et WWF soutiennent une filière lait bio locale fondée sur un partenariat innovant

Edito

Gilets jaunes et coquelicots rouges

Cultures

Fruits et légumes : des produits naturels pour protéger les cultures

Le Sival est le salon des cultures spécialisées : vigne, arboriculture, cultures maraichères, horticulture. Du 15 au 18 janvier, à Angers, cet évènement technique est très attendu par les producteurs qui souhaitent améliorer leurs pratiques, notamment d'un point de vue environnemental.

Par Eloi Pailloux - Publié le 25/01/2018 à 11:28

Commenter

Partager :

Hervé Valette, directeur de la Coopérative agricole des maraîchers nantais qui développe les solutions de biocontrôle.

Arboriculteurs, viticulteurs, maraîchers et horticulteurs se donnent rendez-vous chaque année, depuis trente ans au Sival, le salon des cultures spécialisées à Angers. Face à la réduction du nombre de pesticides disponibles et à l’augmentation des préoccupations environnementales, le Sival s’est tourné progressivement vers les solutions alternatives plus naturelles. Une tendance logique pour ces productions, davantage en lien avec le consommateur. L’édition 2018, qui s’est tenue du 15 au 18 janvier 2018 confirme ce virage.

Zéro pesticides

Confusion sexuelle, produits à base de micro-organismes, biostimulants… les sociétés innovent sur ce créneau, à la demande de la distribution agricole. « Les producteurs doivent composer aujourd’hui avec des cahiers des charges qui leur imposent le zéro phyto, explique Joël Godet, responsable du marché arboriculture à la coopérative agricole des maraîchers nantais, CAMN. Tout le monde a conscience qu’il faut aller vers ces solutions. »

Le courant est également porté par le développement de l’agriculture biologique. « Notre catalogue met désormais en avant les solutions biologiques devant les produits conventionnels, explique Patrice Chataigner, responsable de l’activité arboriculture à la coopérative CAPL. Si cela ne représente que 4 % de notre activité, beaucoup d’exploitants convertissent une partie de leurs surfaces en bio. Nous aurons de plus en plus d’exploitations mixtes. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *