Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Les protéines végétales plébiscitées… mais encore derrière les protéines animales

Modes de production

Le système alimentaire français, une nouvelle fois champion de la durabilité

Bio

Bio : le cuivre reste autorisé en tant que fongicide pour les cultures

Alimentation

Les « Excellences Open Agrifood », démarches alimentaires durables, sont connues !

Climat

Giec : la prochaine décennie « cruciale » pour limiter le réchauffement à 1,5 °C

Invité par la COP 21 à engager ce travail, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) doit dévoiler, au début du mois d'octobre, son rapport spécial sur les conséquences d'un réchauffement de 1,5° C. L'agriculture et la gestion des terres font partie des domaines-clés identifiés pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Par Laure Hänggi - Publié le 12/09/2018 à 17:43

Commenter

Partager :

Valérie Masson-Delmotte a insisté sur la nécessité de mettre en place des actions fortes immédiatement pour respecter la trajectoire 1,5° C.

Contenir le réchauffement climatique sous la barre des +2 °C, et si possible sous celle de +1,5 °C, d’ici à la fin du siècle : c’est l’objectif fixé par l’Accord de Paris, à l’issue de la COP 21. « Il n’y a pas de réponse simple à la faisabilité de cette limitation du réchauffement à 1,5 °C, mais nous en listons les conditions nécessaires », souligne Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et co-présidente du groupe 1 (« éléments scientifiques ») du Giec, lors d’un point presse organisé le 10 septembre. Le rapport spécial de l’organisme doit être publié le 8 octobre prochain, à l’issue de la session plénière présentant le texte aux délégations gouvernementales.

L’agriculture et les terres, leviers d’action prioritaires

Le rapport mentionne notamment le monde agricole : la gestion des terres et l’agriculture sont en tête de liste des domaines identifiés pour agir sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les angles d’action et de réflexion du texte ont ainsi été pensés en termes de « synergie » et de « co-bénéfice », pour croiser le climat avec les autres enjeux du développement durable, notamment la question de l’alimentation. Un autre rapport, spécifiquement dédié à la question des terres, doit être publié par le Giec en août 2019.

Extraction du CO2 de l’atmosphère

Selon Valérie Masson-Delmotte, demeurer sous 1,5 °C est encore envisageable, à condition d’accélérer un effort encore « balbutiant ». La paléoclimatologue explique cependant qu’une « majorité » des trajectoires détaillées dans le rapport impliquent le dépassement de cet objectif, suivi d’un recul des températures sous le seuil des 1,5 °C. Ces modélisations reposent sur le captage du CO2 par les terres, ou son rejet hors de l’atmosphère : des techniques de géo-ingénierie encore assez peu évaluées et expérimentées.

Pour éviter ce scénario, la neutralité carbone est impérative et permettrait de stabiliser les températures pour « longtemps », assure-t-elle. Concernant la hausse du niveau des mers, Valérie Masson-Delmotte prévient : une stabilisation de la hausse des températures ne suffira pas à endiguer le phénomène.


Comment fonctionne le Giec ?

Créé en 1988 et comptant 195 pays membre, le Giec a pour mission « d'examiner et évaluer les données scientifiques, techniques et socio-économiques les plus récentes publiées dans le monde », afin d'expliquer aux gouvernements et aux décideurs l'état de la connaissance scientifique sur la question des changements climatiques. 5 000 papiers ont ainsi été cités dans ce rapport, rédigé par 86 auteurs originaires de 39 pays. Toute modification doit être approuvée par les scientifiques.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *