Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

Pesticides

Start-up d’État contre le glyphosate : derrière la communication, quelle pertinence ?

Abeilles

Vers la transparence sur l’origine du miel

Élevage

S’engager pour rassurer : la filière viande en pleine mutation

Modes de production

Gironde : quand les déchets chauffent les serres de tomates

Dix kilos de déchets pour chauffer un kilo de tomate : c'est l'équation proposée par la coopérative Paysans de Rougeline et Veolia en Gironde. La chaleur issue d'un centre de stockage de déchets profite à huit hectares de serre. Explications.

Par Eloi Pailloux - Publié le 10/04/2018 à 16:53

Commenter

Partager :

5 000 tonnes de tomates ! C’est la récolte des huit hectares de serres chauffées par de Lapouyade (33), cet hiver. La chaleur provient d’un centre de stockage des déchets non dangereux de Veolia. Le projet, initié en 2015, s’est progressivement développé. La surface concernée, initialement de quatre hectares, a donc doublé, et la production qui s’établissait à 2 300 tonnes pour la première année, progresse. La coopérative Paysans de Rougeline, qui s’occupe de la production, vise à terme la barre des 6 000 tonnes.

En plus de la chaleur produite, la dégradation des quelque 400 000 tonnes de déchets produit de l’électricité, revendue à EDF. Mais l’énergie n’est pas le seul champ de durabilité exploré. Des insectes auxiliaires sont introduits dans les serres pour lutter contre les ravageurs. À la clé : une réduction de 95 % de l’usage de pesticides, pour tendre vers le « zéro traitement ». Les agriculteurs travaillent également à réduire les consommations en eau et fertilisants.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *