Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Politique

Glyphosate : Édouard Philippe demande un plan de sortie à ses ministres

A priori pas de renouvellement d'autorisation du glyphosate pour dix ans, mais pas forcément d'interdiction ex abrupto. C'est la position exprimée le 25 septembre par le Premier ministre concernant la molécule, pour laquelle il souhaite trouver des alternatives solides au plus vite.

Par Eloi Pailloux - Publié le 26/09/2017 à 17:51

Commenter

Partager :

Édouard Philippe entre dans la danse. Dans un communiqué du 25 septembre, le Premier ministre vient enrichir le débat sur le glyphosate. Depuis un mois, et alors que se profile un vote au niveau européen pour renouveler ou non l’autorisation de la molécule herbicide, les prises de parole au sein du gouvernement se multiplient (voir encadré ci-dessous).

Arrêter le glyphosate en tenant compte des alternatives disponibles

Le chef du gouvernement explique avoir demandé aux ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique de lui présenter, « avant la fin de l’année et en fonction des conclusions des états généraux de l’alimentation », les conditions d’un plan de sortie du glyphosate. Ce plan doit « tenir compte l’état de la recherche et des alternatives disponibles pour les agriculteurs. » Il alimentera la réflexion du Gouvernement, qui arrêtera alors sa position définitive.

Cette prise de parole confirme l’idée d’un vote « contre » la proposition de la Commission européenne, qui entend renouveler l’autorisation de la molécule pour dix ans. Le Premier ministre nuance toutefois la posture d’une interdiction « totale et brutale », comme l’appréhendent certaines structures professionnelles agricoles.

Un mois de déclarations

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *