Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Bioéconomie

Hauts-de-France : de la bouse, des légumes et du sucre dans la cuve de méthanisation

La plus grande unité de biométhane de Haut-de-France, à Eppeville (Somme), a été inaugurée le 21 septembre. 30 000 tonnes d'effluents agricoles et de déchets de l'industrie alimentaire l'approvisionneront chaque année.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 28/09/2017 à 12:42

Commenter

Partager :

De la bouse de vache, mais aussi de la purée Mousline, des légumes, du sucre. C’est la drôle de recette pour la production de biométhane à Eppeville (Somme), où la plus grande unité de méthanisation des Hauts-de-France est sortie de terre cette année. L’inauguration a eu lieu le 21 septembre 2017.

Ce ne sont évidemment pas les produits finis des usines de purée Mousline, des légumes Bonduelle ou le sucre du groupe coopératif Tereos qui alimenteront l’unité de méthanisation, mais les déchets des trois sites industriels. Les effluents des élevages de 31 agriculteurs partenaires permettent d’atteindre un volume de 30 000 tonnes de matière première annuelle. De quoi produire 1,815 million de mètres cube de méthane par an, qui seront injectés dans le réseau de gaz. L’émission annuelle de 4 836, 6 tonnes de CO2 sera évitée.


L'usine Mousline : objectif « zéro impact environnemental »

Le site de production Mousline a plus d'une corde environnementale à son arc. Pour réduire le gaspillage et privilégier l'économie circulaire, 20 000 tonnes de déchets organiques sont valorisés en alimentation animale. En 2010, l'installation d'une chaudière biomasse, alimentée par du bois issu de forêts locales a réduit de 97% son empreinte carbone.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *