Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Bio

L’observatoire de la restauration collective bio montre la voie à la loi Égalim

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Climat

La Poste expérimente un financement à base de « crédits carbone » pour la gestion durable des haies

Alimentation

Les projets agricoles finalistes des « Excellences » Open Agrifood sont connus

Biodiversité

Rapport Planète vivante WWF : les activités humaines de plus en plus lourdes pour la biodiversité

Communication

Inondations : l’Académie d’agriculture répond aux polémiques sur les pratiques agricoles

Par Eloi Pailloux - Publié le 13/02/2018 à 15:01

Commenter

Partager :

Capture d’écran du reportage de France 2, le 25 janvier.

Les eaux commencent à se retirer, et avec elles, les polémiques qui ont agité les semaines de crues sur janvier et février 2018. Alors que les pratiques agricoles ont été pointées du doigt par certains médias, voire certains politiques, l’Académie d’agriculture de France (AAF) apporte son éclairage. Dans une analyse datée du 8 février, l’académicien Guillaume Benoit propose une synthèse des réflexions de l’AAF sur ce sujet.

L’urbanisation, premier facteur d’aggravation

« L’aggravation des problèmes vient […] de la vulnérabilité, résultant du développement continu de l’urbanisation dans des zones inondables autrefois à vocation essentiellement agricole. Les chiffres sont éloquents. De 1984 à 2004, la France a perdu en moyenne de 40 000 à 100 000 ha de terres agricoles chaque année alors que les espaces dits « naturels » n’ont enregistré aucune perte nette. Aujourd’hui en Île-de-France, plus de 90 % des zones inondables sont urbanisées. »

Pratiques agricoles : changement en cours et effet marginal

« Il est vrai qu’un sol qui s’enrichit en matière organique gagne en porosité, en capacité de rétention en eau et en résistance au compactage. Le non labour, la restitution des pailles et la présence de plantes de couverture améliorent la vie biologique. Ces pratiques ne cessent de progresser en France. […] Pour autant, le développement souhaitable et bien engagé de ces différentes pratiques ne peut en aucun cas régler le problème des grandes inondations. Nous restons donc bien dans ces domaines dans l’épaisseur du trait. »

Ne pas faire de l’agriculteur un bouc émissaire

« Les agriculteurs peuvent rendre d’importants services environnementaux en œuvrant à la préservation des terres et en acceptant de noyer volontairement certains champs afin de réduire en aval les impacts des inondations sur les populations urbaines. »

« Depuis la nuit des temps, face à des problèmes rares et gênants, la solution toute trouvée, dans toutes les civilisations, a été de désigner et de chasser des « boucs émissaires ». Aujourd’hui, pour une certaine société, l’agriculture est devenue l’activité responsable de tous nos maux. C’est bien commode pour se dédouaner des compromissions, d’un urbanisme anarchique et de la perte de mémoire concernant les événements passés, mais cela n’est ni juste ni pertinent. »

Lire le texte entier sur le site de l’Académie : Inondations, agriculture et société : le besoin d’une parole juste

Non, les agriculteurs français ne sont pas responsables de tous les maux de la terre et certainement pas des inondations (désinformation), la preuve en est avec les crues historiques de la Seine !!! #FrAgTw @dugers @cyr081 @Fragritwittos @yolandecoent @AudePocchiola @SILO76 pic.twitter.com/R11foDikhn

— Germain Bour (@BourGermain) 11 février 2018

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *