Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open agrifood 2017 : l’avenir de l’alimentation française en débat

Modes de production

Mutualiser le matériel agricole, une pratique gagnant-gagnant

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

Concours

Innov’agro : les étudiants à la recherche des services agricoles pour demain

Alimentation

La graine de chia arrive en France

La graine de chia est un aliment très intéressant d'un point de vue nutritionnel, jusque là importé d'Amérique du Sud et Centrale. Mais une filière française, dont le lancement a eu lieu le 27 juin à Paris, est en construction.

Par Vincent Dufau - Publié le 13/07/2017 à 11:04

Commenter

Partager :

La graine de chia (à prononcer t’chia) peut enfin être cultivée en France. Jusque là importée d’Amérique Centrale ou du Sud, la filière « Chia de France » a été lancée le 27 juin à la Cité universitaire de Paris. L’occasion, pour l’Hexagone, de produire localement, en raisonné ou en bio, cette graine très intéressante d’un point de vue nutritionnelle. C’est la société de sélection végétale Panam qui, après dix ans de travail, a réussi à mettre au point la graine de chia Oruro, adaptée au climat français et protégée par l’Instance nationale des obtentions végétales (Inov).

Qu’est ce que la graine de chia ?

La culture de la graine de chia est très vieille, elle remonte à 2 500 ans avant J.C. Oubliée un temps, on la redécouvre pour ses vertus nutritionnelles : cette graine est très riche en fibre, protéines, vitamines B et E, calcium et antioxydants. Mais surtout, elle est très riche en oméga 3, acide gras que notre corps ne produit pas et qui pourtant est très important. Or, en Europe, l’utilisation d’huile de tournesol, de palme… a grandement favorisé les oméga 6 au lieu des oméga 3 qui permettent d’éviter les maladies cardio-vasculaires et neuro-dégénératives (Alzheimer, Parkinson…). Dix grammes de chia, soit une cuillère à café, devraient permettre d’atteindre les besoins recommandés de 2 à 3 grammes journaliers d’oméga 3, quand la moyenne européenne est seulement d’1 gramme.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *