Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Bio

L’observatoire de la restauration collective bio montre la voie à la loi Égalim

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Climat

La Poste expérimente un financement à base de « crédits carbone » pour la gestion durable des haies

Alimentation

Les projets agricoles finalistes des « Excellences » Open Agrifood sont connus

Biodiversité

Rapport Planète vivante WWF : les activités humaines de plus en plus lourdes pour la biodiversité

Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Alors que l'annonce du remaniement se faisait attendre, deux semaines après la démission du ministre de l'intérieur Gérard Collomb, l'Élysée a fait connaître ce 16 octobre la composition du nouveau gouvernement. Le sénateur Didier Guillaume succède à Stéphane Travert à la tête du ministère de l'Agriculture.

Par Laure Hänggi - Publié le 16/10/2018 à 16:31

Commenter

Partager :

On le disait sur la sellette. Le remaniement annoncé par l’Élysée ce 16 octobre a confirmé le départ de Stéphane Travert du ministère de l’Agriculture. Il est remplacé par Didier Guillaume, 59 ans, sénateur de la Drôme et ancien patron des sénateurs socialistes durant le quinquennat Hollande. Suite à l’annonce de sa nomination, le tout nouveau ministre, qui s’affirme « dès aujourd’hui au travail » s’est dit, dans un post Twitter, « pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix. » Lors de la passation de pouvoir, à la mi-journée, Didier Guillaume a assuré qu’il serait « un inlassable militant, défenseur et promoteur de la ruralité et de l’agriculture française. » 

Fier de servir mon pays et les français Honneur de la confiance accordée par @EmmanuelMacron @EPhilippePM Pour agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail

— Didier GUILLAUME (@dguillaume26) 16 octobre 2018

Les syndicats renouvellent leurs attentes

Du côté des syndicats agricoles, tous saisissent l’occasion de renouveler leurs attentes et leurs exigences. Dans un communiqué, la FNSEA appelle le nouveau ministre « à inscrire sa mission sous le signe de l’action et du pragmatisme », notamment sur les sujets de la sécheresse et des négociations pour le budget de la Pac. Même message, sur Twitter, de Jérémy Decerle, président des Jeunes agriculteurs, qui insiste sur le nécessaire travail à engager « pour des filières mieux structurées et productrices de valeur. » Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, appelle quant à lui le ministre à « permettre, enfin, une transition des systèmes agricoles et un véritable revenu paysan. »

Un grand ministère des territoires

Le remaniement a également débouché sur la création d’un grand ministère des territoires. Jacqueline Gourault est nommée à sa tête, en tant que ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Elle remplace ainsi Jacques Mézard, qui quitte le gouvernement. Julien Denormandie et Sébastien Lecornu sont nommés auprès d’elle. Pour remplacer ce dernier, jusqu’alors secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, 47 ans, rejoint le gouvernement. Ex-reponsable de la communication chez Danone, cette énarque est une ancienne camarade de promotion du premier ministre Édouard Philippe. Elle aura à sa charge – sous réserve de toute modification – les questions d’énergie auxquelles sont rattachés plusieurs dossiers brûlants comme la fermeture de Fessenheim et des centrales à charbon avant la fin du quinquennat.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *