Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Politique

« Les exploitants peuvent tout faire s’ils sont rémunérés pour cela » : Christiane Lambert, FNSEA

Pour Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), la baisse des coûts, les prix toujours plus bas ne vont pas dans le sens de produits de qualité et de respectueux de l'environnement. Selon elle, les États généraux de l'alimentation doivent avant tout contribuer à mieux rémunérer les producteurs. Entretien.

Par Vincent Dufau - Publié le 27/07/2017 à 15:06

Commenter

Partager :

Campagnes et environnement : L’ouverture des États généraux de l’alimentation est apparu comme une grande messe. Pensez-vous qu’ils vont aboutir concrètement à une meilleure valorisation du métier d’agriculteur ?

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Christiane Lambert : Il n’y a pas de raison. Le Président l’a promis. L’objectif est bien un meilleur prix pour les producteurs, durable dans le temps. Les agriculteurs souffrent, c’est injuste. La FNSEA aborde cet évènement de façon volontariste et décomplexée. Il doit concrètement aboutir à un retour sur le prix pour pouvoir moderniser les exploitations, investir dans le numérique… Nous attendons des décisions précises pour créer de la valeur. Des points de la Loi de modernisation de l’économie, LME, doivent par exemple évoluer. Par ailleurs, les États généraux vont être l’occasion de tout remettre à plat, qui produit quoi dans le monde, quels sont les pays référents en matière de sécurité alimentaire. La France a de nombreuses cartes en main sur le plan international. C’est une excellente initiative.

 

Campagnes et environnement : Comment abordez-vous la deuxième phase des débats sur des sujets plus large comme la santé, l’environnement, etc. ?

Christiane Lambert : Cette deuxième phase a trait à l’alimentation durable et pas uniquement à l’aspect santé. Les points qui nous semblent importants sont l’accès à une alimentation saine pour tous, l’éducation, la lutte contre le gaspillage, l’alimentation comme facteur de bonne santé, les antibiotiques, les résidus de pesticides… La France est d’ailleurs un excellent élève en matière de LMR, les limites maximales de résidus.
Nous souhaitons un débat objectif sur ces sujets et nous veillerons à ce que l’agriculture soit reconnue dans ce qu’elle réalise de bien en la matière. La baisse des coûts, les prix toujours plus bas ne vont pas dans le sens de produits de qualité. Là aussi, toute la chaine alimentaire sera interrogée. Les exploitants agricoles peuvent tout faire s’ils sont rémunérées pour cela.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “« Les exploitants peuvent tout faire s’ils sont rémunérés pour cela » : Christiane Lambert, FNSEA”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *