Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Mortalité des abeilles : le Gouvernement veut chiffrer les dégâts pour mieux agir

Politique

Blocage des raffineries : la colère des agriculteurs dépasse le cas l’huile de palme importée

Politique

Une journée nationale de l’agriculture bientôt au calendrier

Cultures

Néonicotinoïdes : pas d’alternatives pour certains usages (Anses)

Sol

Les sols artificialisés augmentent

La Fédération nationale des Sociétés d'aménagements foncier (FNSafer) révèle une augmentation de l'artificialisation des terres françaises dans un rapport publié le 30 mai. Elle met en garde contre les dangers de l'imperméabilisation des sols.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 01/06/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

Les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) ont le rôle d’experts français de la gestion des terres agricoles et forestières, de leur distribution et leur protection, à échelles locales. La Fédération nationale des Safer s’alarme, dans un rapport publié le 30 mai, d’une augmentation de l’artificialisation des sols agraires, qu’elle constate sur l’ensemble du territoire. Divisé par deux entre 2007 et 2014 du fait de la crise économique, l’accaparement des terres reprend depuis 2015.

Le nombre de ventes pour l’extension des villes gagne 22 % en 2016. Les terrains constructibles de moins d’un hectare sont 2,2 % moins cher en 2016 qu’en 2015, et favorisent la construction. La fédération estime qu’à ce rythme, l’équivalent de la surface agricole d’un département est artificialisé tous les cinq à six ans.

Un grignotage des campagnes lourd de conséquences

La FNSafer alerte sur ce processus. L’artificialisation consiste dans deux tiers des cas à bétonner ou bitumer les surfaces, ce qui imperméabilise irrémédiablement le sol, qui devient inutilisable pour l’agriculture, même une fois dégagé. Un tel procédé n’est réversible qu’à de très longues échelles de temps. Or, face aux enjeux alimentaires actuels, l’Europe est déjà en déficit de terres agricoles. Le rapport affirme que le vieux continent importe chaque année l’équivalent de la production d’un cinquième de ses terres agricoles.

Par ailleurs, le changement climatique risque de réduire les rendements et constitue donc un facteur aggravant, d’où l’urgence selon la fédération de mieux protéger les terres agricoles.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *