Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Tomates « sans résidu de pesticides » d’Intermarché, une démarche qui fait débat

Politique

La Commission européenne veut « revoir le chapitre environnemental de la Pac »

Pesticides

Néonicotinoïdes : l’interdiction en France est effective

Pesticides

Pesticides : plus de budget pour trouver des alternatives et les faire connaître

Abeilles

Mortalité des abeilles : le Gouvernement veut chiffrer les dégâts pour mieux agir

Les apiculteurs se sont rassemblés dans plusieurs grandes villes, le 7 juin, pour manifester leur détresse, alors que la mortalité hivernale des abeilles s'avère importante. Pour le gouvernement, l'urgence est de chiffrer et comprendre le phénomène.

Par Eloi Pailloux - Publié le 12/06/2018 à 17:12

Commenter

Partager :

Capture d’écran Le Parisien TV

Pas sûr que les apiculteurs qui se sont rassemblés le 7 juin, dans différentes villes de France, soient repartis totalement satisfaits. À l’origine de ces manifestations : une mortalité hivernale des abeilles importante, suite au dernier hiver. L’union nationale de l’apiculture française (Unaf) évoque des taux de pertes « qui ont pu dépasser les 60 %, voire 90 % du cheptel », selon les régions.

Des chiffres à étayer

Face à une fourchette de chiffres inquiétante, mais large, le gouvernement veut avant tout plus de précisions. Nicolas Hulot, venu rencontrer les représentant de la filière apicole manifestant aux Invalides, à Paris, a ainsi invité ses interlocuteurs à chiffrer précisément les dégâts, et s’est dit derrière eux. Il a également rappelé les mesures d’interdiction, dans la loi Égalim, concernant les insecticides aux modes d’actions similaires aux néonicotinoïdes.

Merci au préfet du Morbihan de prêter une écoute attentive à la détresse de nos apiculteurs. La levée d’un fond d’urgence national est une absolue nécessité. https://t.co/XojFgQ3F2N

— Joël Labbé (@JLabbeSenat) 12 juin 2018


Les apiculteurs voudraient un plan de soutien

Le ministère de l’Agriculture annonce de son côté que ses services déconcentrés seront mobilisés « rapidement », en association avec la profession pour évaluer les dégâts et en comprendre les causes. Dans ce sens, le dispositif de déclaration des pertes proposé aux apiculteurs de Bretagne et des Pays de la Loire, depuis 2017, doit être étendu « à d’autres régions dans des délais rapprochés. » Le gouvernement compte également saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) « très prochainement » sur le dossier de la protection des abeilles et autres insectes pollinisateurs.

En revanche, pas de réponse, à ce stade, concernant le « plan de soutien exceptionnel aux apiculteurs sinistrés » réclamé par les apiculteurs.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *