Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Edito

Le verre de glyphosate à moitié vide, ou à moitié plein

Pesticides

Semaine chargée pour le glyphosate

Pesticides

Autorisation des pesticides : le Parlement européen appelle à davantage de transparence dans les procédures

Alimentation

Lundi vert : l’aspect scientifique de la démarche, grande oubliée du buzz

Nouvelles technologies

Demain l’@griculture : un concours de BD pour imaginer l’agriculture numérique

Politique

NDDL : l’avenir des terres agricoles se dessine pour Nicolas Hulot

Suite à la venue de Nicolas Hulot à Nantes, le 18 avril 2018, les dossiers agricoles ont avancé sur la zone de Notre-Dames-des-Landes. Une réunion s'est déroulée le 25 avril avec Edouard Philippe.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 25/04/2018 à 10:59

Commenter

Partager :

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, et Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, le 18 avril à la préfecture de Nantes.

Un pas en avant. Le 24 avril, la préfète des Pays de la Loire, Nicole Klein, a signé une convention d’occupation précaire (COP) avec les quatre agriculteurs historiques ayant toutes leurs surfaces sur la zone de l’ex-projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes. Ils retrouvent ainsi l’usage réel de leurs terres et un cadre d’exploitation légal. De leurs côtés, le 20 avril, les zadistes ont déposé 28 dossiers agricoles et douze projets artisanaux et de distribution. Une réunion entre Nicole Klein et Edouard Philippe s’est déroulée le 25 avril. « C’est le Gouvernement qui tranchera », a indiqué la préfète.

Des projets agricoles innovants

Nicolas Hulot a présidé le 18 avril à la préfecture de Nantes une réunion « de la dernière chance », avec les élus, les professionnels agricoles et les opposants. « Nous attendons des projets agricoles qui ont du sens, tournés vers l’avenir, innovants, préservant l’environnement et insérés dans le territoire avec l’ensemble des acteurs », a-t-il insisté. Avec l’arrêt du projet d’aéroport, il estime que le combat mené « pour préserver les terres agricoles, les zones humides, la biodiversité » a été gagné. Le ministre a appelé « à la raison » pour stopper la spirale de violence.

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *