Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

L’agriculture de la troisième voie veut trouver son chemin entre le bio et l’intensif

Politique

Loi Égalim : les 20 % de bio dans les cantines en sursis

Abeilles

Mortalité des abeilles : le Gouvernement veut chiffrer les dégâts pour mieux agir

Politique

Une journée nationale de l’agriculture bientôt au calendrier

OGM : ne pas confondre transgénèse et mutagénèse

Des Faucheurs volontaires ont détruit, le 24 juillet 2010en Indre-et-Loire des cultures expérimentales de tournesols tolérants à des herbicides, considérant que ces variétés créées par mutagénèse sont des « OGM cachés ». L'Association française des biotechnologies végétales, vient de publier une mise au point, en soulignant la différence entre transgénèse et mutagénèse.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 26/08/2010 à 00:00

Commenter

Partager :

Le communiqué de l’Association française des biotechnologies végétales

« D’une façon générale, au sens large, la transgénèse est l’addition d’un gène dans le patrimoine d’une espèce. C’est un phénomène qui s’est produit au cours de l’évolution des organismes et qui se produit spontanément ; il peut aussi être maîtrisé par l’homme et c’est la maîtrise de cette technique qui aboutit aux OGM au sens strict. De ce point de vue, la transgénèse est définie comme le transfert d’un gène dans le génome d’une espèce par des moyens artificiels.

Au sens large, la mutagénèse est l’induction de modifications aléatoires dans un génome donné qui peuvent entraîner de nouveaux caractères : il peut s’agir de changement de place de segments chromosomiques, de perte de petits segments d’ADN, de changements dans la séquence des bases (A, T, G et C) au niveau de la molécule d’ADN. Au sens restreint, elle est limitée à ces derniers types de modifications. Le remplacement d’une base par une autre au niveau de la séquence d’ADN peut être obtenu par certains agents chimiques mutagènes, appliqués au niveau des graines ou des cellules en culture. Ce type de mutation est analogue aux mutations spontanées à la base de la variation génétique naturelle des espèces.

Cette technique a été très utilisée dans l’amélioration de certaines espèces. Dans le cas des tournesols tolérants à un herbicide (imidazolinone) il s’agit de mutations spontanément apparues dans des cultures de soja traitées avec cet herbicide. Il s’agit donc d’une mutation naturelle.

La transgénèse et la mutagénèse sont donc différentes. La transgénèse correspond à l’insertion d’une séquence nouvelle d’ADN, alors que la mutagénèse induite correspond, au sens strict, à la modification de l’information au niveau d’un gène, et n’implique donc pas une insertion de séquence d’ADN au niveau du génome. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *