Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Conseil national de la restauration collective : des aliments plus durables au menu

Politique

« Affaire du siècle » : quatre ONG attaquent l’État pour inaction climatique

Communication

« En 20 ans, le lien entre agriculture et environnement a changé », Étienne Davodeau, auteur de BD

Élevage

Lancement d’une réflexion sur un étiquetage spécifiant les modes d’élevage

Edito

Agriculteur agressé : un fait divers à condamner sans ambiguïté

Bioéconomie

Pas de coup de pompe pour le carburant SP95-E10 à base de bioéthanol

Première essence en France depuis 2017, le carburant SP95-E10, contenant jusqu'à 10 % de bioéthanol, poursuit son essor à la pompe. En atteignant les 42,7 % de part de marché en septembre dernier, il a largement dépassé le SP95, qui n'en comptabilise que 32,3 %.

Par Laure Hänggi - Publié le 25/10/2018 à 09:26

Commenter

Partager :

Le carburant à base de bioéthanol SP95-E10 confirme sa bonne santé. Leader à la pompe depuis l’année dernière, celui-ci s’est assuré une avance confortable par rapport au SP95. En septembre 2018, la part de marché de ce carburant a en effet atteint 42,7 %, soit dix point de plus que le SP95, à 32,3%. Le signe évident, pour les acteurs de la filière, de l’appétence des consommateurs pour cette essence pouvant contenir jusqu’à 10 % de bioéthanol. Et ce, alors qu’une station-service sur trois ne propose pas cette essence, 4 à 5 centimes moins cher, en moyenne, par litre. Un étiquetage, obligatoire depuis le 12 octobre, indique d’ailleurs la présence et la quantité d’éthanol dans toutes les essences.

Un débouché pour le blé, maïs et la betterave

En France et en Europe, le bioéthanol est produit, principalement, à partir de blé (40 %), de maïs (27 %) et de betterave (26 %), selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Un processus de fermentation industrielle permet de transformer le sucre en alcool, ensuite distillé puis déshydraté pour aboutir au résultat final. Dans l’Hexagone, les cultures utilisées pour la production de bioéthanol pour le carburant représentent moins de 5 % de la production agricole française globale de céréales et de plantes sucrières.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *