Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Lait : quand le revenu de l’éleveur s’affiche sur la brique

Cultures

SIA 2018 : des animations bien huilées pour le stand Terres OléoPro

Biodiversité

L’ombre de Batman plane sur les ravageurs du vignoble ardéchois

Initiative

SIA 2018 : MiiMosa, Airbnb et Bienvenue à la ferme soutiennent l’agritourisme

Cultures

Quand le chameau bosse pour le vigneron

De toutes les manières de défendre la vigne que les nématodes vecteurs du virus du court-noué, celle-ci est la plus originale : utiliser des protéines générées par le chameau. Et l'efficacité est au rendez-vous.

Par Eloi Pailloux - Publié le 16/01/2018 à 17:54

Commenter

Partager :

Le chameau, allié des viticulteurs pour lutter contre le virus du court-noué, qui sévit notamment sur deux tiers des vignobles français et peut entrainer d’importantes pertes de rendements. C’est très sérieux, et expliqué par le magazine Sciences et vie, numéro de janvier 2018. Des chercheurs du laboratoire Santé de la vigne et qualité du vin (SVQV) de Colmar ont essayé d’injecter des protéines de chameau dans un pied de vigne. Le résultat est inespéré, et permet d’envisager l’arrêt de l’arrachage des vignes en cas d’infestation. Précédemment, des nématicides chimiques étaient utilisés pour supprimer les nématodes vecteurs du virus, avant d’être interdits pour leur toxicité.

Et pourquoi aller chercher des protéines spécifiquement chez le chameau ? Parce qu’elles ne sont présentes que chez lui…et chez le squale. Ces protéines immunitaires de la famille des immunoglobulines, générées par certains globules blancs, sont capables de cibler des virus, des bactéries ou des toxines, de s’y fixer et de provoquer leur destruction.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *