Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

biodiversite

Comment sont expertisées les semences en France ?

Inventorier les espèces cultivées, les caractériser, les rendre accessibles ou les protéger… Le rôle du Groupe d'étude et de contrôle des variétés et des semences, Geves, est multiple et crucial pour le producteur de semences qu'est la France.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 03/10/2017 à 15:45

Commenter

Partager :

La station d’étude des variétés du Geves, à Brion, fête ses 30 ans d’expertise au service de la diversité potagère et ornementale. Elle a ouvert ses portes le 30 septembre au grand public pour présenter ses travaux et son potager géant.

La France est le premier producteur européen de semences et le premier exportateur mondial. Afin d’évaluer et caractériser les nouvelles variétés végétales, d’assurer la qualité et la conformité des semences et plants, mais aussi de contribuer à la conservation des ressources phytogénétiques, autrement dit son patrimoine botanique, la France s’est dotée d’une structure d’expertise : le Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences (Geves).

« Les activités du Geves sont très majoritairement d’ordre réglementaire, précise Arnaud Deltour, directeur général. Notre groupe d’intérêt public est au service des politiques publiques, afin de susciter et mesurer l’innovation pour faire progresser la Ferme France, tant au niveau de la qualité des semences, que de leur contribution à un système équilibré, sobre et durable. »

Identifier et caractériser les propriétés des plantes

Le laboratoire de pathologie du Geves évalue la résistance variétale aux bioagresseurs (virus, bactéries, champignons, nématodes et pucerons). Ces résistances constituent des caractéristiques de plus en plus recherchées pour les nouvelles variétés de semences.

Au siège du Geves, à Beaucouzé, près d’Angers, quelque 17 000 espèces sont stockées et constituent une des plus grandes collections au monde. Afin de rendre celle-ci plus accessible, une démarche de vulgarisation progressive est lancée depuis 2014 grâce à un outil web innovant de recherche multicritère, I.D.SEED. Mille fiches sont d’ores et déjà répertoriées.

Afin d’observer les semences de l’intérieur et en trois dimensions, le Geves utilise la microtomographie à rayons X. Cet outil est notamment utilisé dans le cadre de projets d’investissement d’avenir, tels que l’évaluation du phénotype et des caractères agronomiques des semences ; la détection et quantification des dégâts d’insectes ou encore l’évaluation de la qualité de l’enrobage ou pelliculage des semences.

Conserver la biodiversité

Depuis 2016, le Geves réalise la coordination nationale pour la conservation des ressources phytogénétiques d’espèces cultivées. Cela passe par un recensement des actions en la matière, par un appui aux acteurs concernés et par la constitution de collections nationales d’espèces cultivées et apparentées sauvages, et également d’espèces menacées ou orphelines. Cette démarche permet ainsi à la France de respecter ses engagements internationaux en matière de conservation de la biodiversité cultivée.

Véritable expert de la semence à la plante, neutre et indépendant, le Geves adapte ainsi ses activités en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques et des orientations politiques.

Damien Raison

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *