Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

alimentation

Projets alimentaires territoriaux : lier la production agricole à la consommation locale

Les PAT, ou projets alimentaires territoriaux, offrent un cadre officiel aux initiatives en matière de circuits courts. En fédérant les acteurs sur un territoire, ils orchestrent la structuration des filières de proximité pour créer une économie alimentaire locale.

Copyright Parc naturel régional du Lubéron

Par Campagnes & Environnement - Publié le 13/06/2017 à 16:50

Commenter

Partager :

Les projets alimentaires territoriaux (PAT) découlent de la Loi d’avenir pour l’agriculture adoptée en octobre 2014. Portés par Stéphane Le Foll, alors ministre de l’Agriculture, leur idée est simple : mettre en regard la production agricole et la consommation locale.

Le PAT est une démarche volontaire co-construite par les acteurs d’un territoire désireux de reprendre la main sur l’alimentation des citoyens. Il vise à mettre en œuvre un système agricole et alimentaire intégré approvisionnant un bassin de consommation en produits locaux et de qualité.

Connaitre les besoins alimentaires

 width=

Pour cela, il s’appuie sur un diagnostic partagé issu d’un état des lieux de la capacité agricole et du besoin alimentaire des habitants aussi bien à titre individuel que  via la restauration collective.

Pour le ministère de l’Agriculture, les PAT répondent aux trois piliers du développement durable :

Fédérer les acteurs d’un territoire

Les PAT réunissent de nombreux partenaires : agriculteurs, collectivités territoriales et services de l’Etat financeurs, organismes de développement et de recherche, acteurs de l’économie sociale et solidaire, entreprises et coopératives de distribution et de commercialisation.

Ils s’inscrivent dans les outils de politique publique comme les schémas de cohérence territoriale, les pôles de coopération économique, les plans régionaux d’agriculture durable ou encore l’agenda 21.


Maine-et-Loire : Un PAT qui prend en compte l’environnement

La Chambre d’agriculture du Maine et Loire travaille sur un PAT réunissant trois communautés de communes. Elle a choisi d’intégrer un objectif environnemental : la qualité de l’eau. Un enjeu prégnant pour les quelque 320 viticulteurs locaux, dont la production contribue à remplir les pichets des restaurants collectifs de la zone, proposant 9 000 repas par jour. Le premier comité de pilotage a eu lieu en 2016, et les parties prenantes se donnent un an pour structurer leur PAT.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *