Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

Biotechnologies

Situer les OGM dans le champ de la recherche génétique

À la mi-avril, des « faucheurs volontaires » s'attaquaient à un champ de colza en côte d'Or. L'expérimentation en question ne concernait pourtant pas une technologie OGM, cœur de cible du mouvement. Un cas qui met en avant les différentes dimensions de la recherche génétique.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 03/05/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

Né à la fin des années 1990, avec José Bové en figure de proue, le mouvement des « faucheurs volontaires » a mobilisé plusieurs milliers de militants depuis. Leur cible : les parcelles d’essais de cultures transgéniques et OGM en plein champ. L’action menée le 15 avril, et ayant abouti à la destruction du champ de colza d’un agriculteur de Côte d’Or, n’entre pourtant pas dans ce cadre.

La mutagénèse, pas dans le champ des OGM

Concrètement, les variétés de colza concernées par la technologie en question, « Clearfield », sont tolérantes à des herbicides. Une spécificité qui doit faciliter la gestion du désherbage de cette culture. La sélection de ces variétés s’appuie sur la mutagénèse. Une technique au nom qui peut interpeller. Pour autant, « la mutagenèse ne rentre pas dans le champ d’application de la directive 2001/18 qui régit la question des OGM », comme le rappelle la firme BASF, commanditaire de l’essai visé.

Un mauvais ciblage qui s’explique par la complexité des travaux menés sur la génétique des végétaux. La sélection végétale s’appuie sur de nombreuses techniques, dont toutes n’aboutissent pas à des OGM. La mutagenèse est ainsi couramment utilisée depuis plus de 50 ans, y compris par les organismes de recherche publique, et ses fruits sont exploitables dans tous les modes de production. C’est notamment le cas de l’essentiel des brassicacées (choux, colza…) utilisés en agriculture biologique.

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *