Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

Pesticides

Start-up d’État contre le glyphosate : derrière la communication, quelle pertinence ?

Abeilles

Vers la transparence sur l’origine du miel

Élevage

S’engager pour rassurer : la filière viande en pleine mutation

Sol

Slips : des sous-vêtements pour évaluer la vie du sous-sol

Un total de 210 slips éparpillés dans une chambre ? Tout est normal, quand il s'agit de la Chambre d'agriculture du Var, qui se sert de ce sous-vêtement comme révélateur de la vie des sols agricoles. Explications.

Par Eloi Pailloux - Publié le 12/10/2018 à 16:35

Commenter

Partager :

Capture d’écran France télévision

C’est un baromètre de la vie des sols peu commun, mais qui fait parler. La Chambre d’agriculture du Var mesure les effets des pratiques agricoles en enterrant des slips. Au total, 210 slips ont eu droit à un séjour de deux à trois mois dans les terres de 32 exploitations agricoles. Le mécanisme est très simple, et instinctif : plus le sous-vêtement ressort dégradé de cet enfouissement, plus le sol fourmille d’organismes actifs.

La couleur et l’odeur d’un slip comme indices

Capture d’écran France télévision

Sur une corde à linges, certains slips sont en lambeaux, pratiquement totalement grignotés par les bactéries, micro-organismes et vers de terre. D’autres sont quasiment intacts : c’est ici que le constat doit interpeller l’agriculteur… La couleur et l’odeur du slip donnent également des indices précieux sur l’activité du sol.

Le choix du slip s’appuie sur différents critères : pour commencer, la présence d’un élastique, qui ne se bio-dégrade pas, permet de s’assurer que la disparition du tissu relève bien de l’action des organismes du sol, et non d’un mauvais repérage de l’enfouissement. La conception en coton bio a été retenue par les experts de la Chambre d’agriculture. Enfin, la dimension potache du procédé en fait un vecteur de communication efficace.

La suite dépend de l’agriculteur et de son conseiller, qui doivent trouver les bons moyens de maintenir, ou de rétablir, une activité du sol à un niveau élevé.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Slips : des sous-vêtements pour évaluer la vie du sous-sol”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *