Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

Pesticides

Start-up d’État contre le glyphosate : derrière la communication, quelle pertinence ?

Abeilles

Vers la transparence sur l’origine du miel

Élevage

S’engager pour rassurer : la filière viande en pleine mutation

Abeilles

Sulfoxaflor : Hulot et Travert veulent que l’Anses analyse des « données complémentaires »

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) est invitée par Nicolas Hulot et Stéphane Travert, le 20 septembre, à rouvrir le dossier du sulfoxaflor. Cet insecticide, objet de polémiques liées à son potentiel impact sur les abeilles, avait été homologué le 27 septembre.

Par Eloi Pailloux - Publié le 23/10/2017 à 17:41

Commenter

Partager :

L’homologation du sulfoxaflor, molécule insecticide, défraye la chronique. Elle connait un rebondissement suite à une annonce commune des ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique, le 20 octobre. Nicolas Hulot et Stéphane Travert, « soucieux de l’état préoccupant des populations d’abeilles et autres pollinisateurs en France », demandent à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) de se repencher sur ce dossier. « L’Anses vient de recevoir des données complémentaires relatives aux risques du Sulfoxaflor », selon les deux ministres, qui attendent de l’Anses qu’elle les analyse « de façon prioritaire. »

L’Anses a trois mois pour analyser des « données complémentaires »

Considérée par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) et différentes ONG environnementales comme un « néonicotinoïde caché », cette molécule avait été homologuée le 27 septembre par l’Anses. Laquelle explique sur notre site que le sulfoxaflor appartient bien à une famille chimique différente des néonicotinoïdes.

Le Gouvernement donne trois mois à l’Anses pour éplucher les nouvelles données et déterminer si les autorisations de mises sur le marché de deux produits à base de sulfoxaflor sont à remettre en cause, ou non.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *