Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open agrifood 2017 : l’avenir de l’alimentation française en débat

Modes de production

Mutualiser le matériel agricole, une pratique gagnant-gagnant

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

Concours

Innov’agro : les étudiants à la recherche des services agricoles pour demain

Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles… l’Anses répond

Deux insecticides composés de sulfoxaflor et tout juste autorisés font le buzz. Ils sont accusés d'être des néonicotonoides alors même que l'État prévoit de les interdire. Pour l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation et de l'environnement (Anses), ils appartiennent à un autre famille chimique, les Sulfoximines, et leur utilisation est assortie de mesures restrictives sur fruits et légumes, céréales à paille, lin, et hors des périodes d'activité des abeilles. Explications.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 20/10/2017 à 17:04

Commenter

Partager :

Santé des abeilles et néonicotinoïdes ! Le sujet est explosif. La préservation des pollinisateurs est en tout cas un enjeu incontestable, supérieur à tout enjeu économique, compte tenu de leur importance dans les écosystèmes et pour l’agriculture. C’est une évidence pour les agriculteurs. Les agences publiques européennes comme françaises, Efsa* et Anses, doivent prendre en compte l’innocuité des pesticides par rapport à ces insectes dans le cadre des pratiques agricoles au moment de la délivrance des autorisations de mises en marché (AMM).

L’Unaf demande un retrait immédiat de l’autorisation de mise en marché

Les insecticides composés de sulfoxaflor sont autorisés sur lin et céréales à paille, en dehors de l’activité des abeilles.

Ce 20 octobre, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) a demandé à Emmanuel Macron et Nicolas Hulot, le retrait « immédiat » des autorisations de mise sur le marché (AMM) de deux insecticides, Closer et Transform, à base de sulfoxaflor commercialisés par la firme américaine Dow AgroSciences. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a délivré leurs AMM le 27 septembre. L’union des apiculteurs considère cette molécule, autorisée par la Commission européenne en 2015, comme un néonicotinoïde, « hautement toxique pour les abeilles », car elle a notamment, le même mode d’action systémique, c’est-à-dire qui diffuse dans l’ensemble de l’organisme cible.

 

 

Contactée par Campagnes et environnement, l’Anses répond point par point à la polémique, tant sur la famille que sur le risque pour les abeilles :

Le Closer (sulfoxalflor – SC) est homologué sur les fruits et légumes. Le Transform (sulfoxaflor – WG) s’utilise sur les céréales à paille et le lin. Leur mode d’action vise les insectes piqueurs-suceurs : pucerons, cicadelles et aleurodes. Ils sont autorisés dans 43 pays depuis 5 ans. ils appartiennent à la famille des Sulfoximines.

Pour rappel, la France prévoit une interdiction des néonicotinoïdes en septembre 2018, avec des possibles dérogations jusqu’en 2020. L’Anses devrait rendre son avis sur l’existence d’alternatives aux néonicotioïdes dans les prochains mois. Sur cette base, un arrêté interministériel décidera des dérogations sur certaines cultures entre 2018 et 2020.

* Autorité européenne de sécurité des aliments

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *