Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Les protéines végétales plébiscitées… mais encore derrière les protéines animales

Modes de production

Le système alimentaire français, une nouvelle fois champion de la durabilité

Bio

Bio : le cuivre reste autorisé en tant que fongicide pour les cultures

Alimentation

Les « Excellences Open Agrifood », démarches alimentaires durables, sont connues !

Initiative

Une ancienne base aérienne reconvertie en pôle agricole bio près de Metz

Propriétaire depuis l'été 2015 du plateau de Frescaty, terrain de l'ancienne base aérienne 128, la métropole de Metz ambitionne de transformer une partie du lieu en « agribiopôle ». Sur 70 hectares, celui-ci accueillera une ferme, des vergers, du maraîchage et de l'élevage, dans une volonté de valorisation des produits agricoles locaux. La production doit démarrer au printemps 2019.

Par Laure Hänggi - Publié le 29/11/2018 à 09:36

Commenter

Partager :

Recouvert pour moitié par des surfaces dédiées à l’agriculture, le territoire de la métropole de Metz est engagé depuis 2010 dans une stratégie de développement de l’agriculture péri-urbaine, en faveur notamment du maintien des exploitations. La métropole s’est engagée dans un projet alimentaire territorial (PAT) depuis un an. Point d’orgue de cette ambition, l’achat en 2015 des 380 hectares de l’ex-base aérienne 128, sur le plateau de Frescaty. 70 hectares seront dédiés à l’installation d’un « agrobiopôle », afin de promouvoir les circuits courts et la production maraîchère locale.

Un lieu au service des territoires

« Notre but est de redévelopper l’agriculture. Nous ne voulons pas installer des producteurs au milieu de nulle part, mais créer un petit pôle agricole, au service de l’ensemble des territoires », explique Michel Torloting, conseiller délégué au développement de l’agriculture périurbaine à Metz Métropole, le 27 novembre, à l’occasion des Assises de l’agriculture biologique. L’agrobiopôle sera divisé en plusieurs surfaces.

Près d’un tiers du terrain (20 hectares) sera occupé par une ferme en permaculture du réseau Fermes d’Avenir, gérée par six cultivateurs, suite à la signature d’un partenariat avec la métropole en mai 2018. Des activités de maraîchage prendront place sur 10 hectares. Une « couveuse d’entreprise agricole » sera installée sur cinq hectares pour permettre à des candidats à l’installation de « tester » leur activité avant de se lancer. Enfin, 10 hectares hébergeront les activités de transformation et de vente des produits en circuits courts.

Photo Mike-tango

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *