Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Un ministre de l’Agriculture qui moissonne

Alimentation

Les cinq fruits et légumes par jour ne se font plus entendre

Tendances

Améliorer les conditions de travail des agricultrices

Politique

États généraux de l’alimentation : entre enjeux alimentaires, agricoles et environnementaux

Numérique

Une start-up facilite la mutualisation du matériel agricole

Des entrepreneurs lillois ont mis en place un système d'acquisition automatique de données sur l'utilisation du matériel agricole. Un boitier connecté qui se place sur les machines permet de répertorier les interventions et le temps d'utilisation, ce qui facilite la mutualisation.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 24/05/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

 width=

Antoine Dequidt (à gauche sur la photo) et Alexandre Cuvelier

Alexandre Cuvelier et Antoine Dequidt sont deux entrepreneurs lillois à l’origine du boitier Karnott, une nouvelle pierre à l’édifice de la mégadonnée agricole. Ils comptent développer leur start-up dans le secteur de la mise en commun de matériel agricole par les Coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) ou les Entreprises de travaux agricole (ETA). L’idée est de mettre sur le marché un boitier qui pourrait géolocaliser les engins et répertorier les interventions dans les parcelles, constituant un gain de temps précieux. En effet, un agriculteur français utilise aujourd’hui entre 15 et 20 engins agricoles, souvent en mode collaboratif avec les exploitations voisines. Ce marché, conséquent et demandeur, a permis à Karnott de lever 1,1 millions d’euros de fonds d’investissement, qui devraient aider l’entreprise à se développer en France et à l’international.

Un projet démarré en 2016

Ce boitier connecté se place directement sur les machines agricoles, et répertorie leurs utilisations, la durée des interventions… Il centralise ensuite toutes ces informations sur une plateforme en ligne. Les agriculteurs n’ont plus besoin de tout noter sur papier puis de transposer sur tableur informatique pour garder une trace de l’utilisation de leur matériel, ce qui est chronophage et potentiellement source d’erreur.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *