Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Vergers écoresponsables, des partenariats qui durent

1300 pomiculteurs sont engagés dans la démarche « Vergers écoresponsables » au côté d'apiculteurs, dont les abeilles contribuent à la pollinisation, décisive dans la production de pommes ou de poires. Des collaborations de long terme, comme le montre un récent sondage.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/04/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

L’Association nationale pomme poires (ANPP) a mis en place en 2010 l’agrément « Vergers écoresponsables » qui se porte garant d’une production de pommes ou de poires de qualité et à impact environnemental réduit.

Après sept années, l’ANPP rappelle que la pollinisation par les abeilles constitue une étape charnière de la production pour les 1 300 pomiculteurs engagés dans la démarche. L’association met en avant la durabilité des relations entre arboriculteurs et apiculteurs dans ce cadre.

Une relation privilégiée entre pomiculteurs et apiculteurs

En effet, selon un sondage réalisé par l’ANPP sur 11 000 ha de vergers, les binômes pomiculteurs engagés et apiculteurs partenaires travaillent ensemble depuis 11 ans en moyenne. La charte qualité des pomiculteurs de France, signée par tous les producteurs identifiés Vergers écoresponsables, précise les modalités d’accueil des abeilles dans les vergers, afin de garantir une bonne production et de protéger ces polinisatrices. Par exemple, la présence de bandes fleuries peut constituer une source supplémentaire de nourriture qui augmentera l’efficacité des ruches.

 width=

Une biodiversité plurielle

La charte ne se préoccupe pas que des abeilles, puisqu’elle comporte tout un ensemble de techniques permettant de favoriser la biodiversité globale. La plantation de haies le long des vergers permet d’accueillir des oiseaux et des chauves-souris, qui réguleront les populations de ravageurs. L’installation d’hôtels à insectes peut aussi permettre de loger différentes espèces prédatrices de ces ravageurs, comme les coccinelles pour les pucerons. Ces insectes sont dits « auxiliaires de culture », car ils aident l’agriculteur.


Qu'est ce qu'un auxiliaire de culture ?

Un auxiliaire de culture est un organisme vivant qui, de par son activité, va aider l'agriculteur en rendant divers services. Par exemple, des oiseaux comme la mésange vont manger des insectes nuisibles pour les cultures, comme certaines chenilles. Beaucoup d'êtres vivants peuvent être des auxiliaires de culture, des chauves-souris aux coccinelles, jusqu'à certains champignons ou bactéries qui gêneront le développement d'espèces animales ou végétales nuisibles. Ces auxiliaires, en améliorant le rendement des cultures de façon naturelle, rendent ce qu'on appelle un service écosystémique, c'est-à-dire un processus naturel qui procure des bienfaits.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *