Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

Oui mais

Est-il possible de nourrir le monde uniquement avec l’agriculture bio ?

Davantage de terres agricoles, plus aucun gaspillage alimentaire, et moins de viande dans l'assiette. Ce sont les conditions d'une planète intégralement nourrie au bio en 2050, selon une étude parue le 14 novembre.

Par Eloi Pailloux - Publié le 16/11/2017 à 18:14

Commenter

Partager :

Le débat sur la capacité du bio à nourrir la planète ne date pas d’hier. Une étude publiée par la revue Nature communication, le 14 novembre, apporte sa contribution. Et sa réponse est : alimenter 9 milliards d’individus en 2050 grâce au bio est possible… sous conditions.

Besoin de davantage de terres

Les auteurs échafaudent leurs calculs sur cette hypothèse : l’ensemble des surfaces productives devraient se convertir. C’est ici qu’intervient le premier « mais ». Car à l’heure actuelle, seul 1 % des parcelles agricoles sont labellisées, selon l’Agence Bio. La dynamique est bonne, mais ce chantier là reste colossal. D’autant que l’étude montre qu’il serait nécessaire de mettre en culture 16 % à 33 % de terres supplémentaires.

Haro sur le gaspillage

Seconde condition mise en avant : la nécessité de réduire à néant le gaspillage alimentaire. L’estimation de la part de production agricole perdue entre l’exploitation agricole et le domicile du consommateur, se situe à 30 %. L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), fait de la réduction de ce chiffre une priorité. Au niveau national, la France se veut à la pointe de cette cause. Une loi a été votée en 2015 et les États généraux de l’alimentation, organisés de septembre à décembre 2017, y consacrent un atelier.

Réduire la voilure sur la consommation de viande

Dernière préconisation : limiter la consommation de viande dans les régimes alimentaires. Ou, plus précisément, réduire le phénomène de concurrence entre la production de nourriture pour les humains et celle pour le bétail. Autrement dit, ponctionner, dans les quelque 30 % des terres actuellement utilisées pour nourrir les élevages, de quoi alimenter des hommes et des femmes. Et, mécaniquement, revoir les quantités à la baisse dans les auges, donc réduire la voilure sur l’élevage et ainsi limiter le volume de viande consommable par l’Homme.

L’étude s’intéresse aux conséquences d’un scénario remplissant ces trois conditions. Elle conclut à une diminution de la pollution due aux pesticides et aux engrais de synthèse, à un besoin en énergies fossiles plus faible et à une réduction des émissions de gaz à effet de serre. En revanche, l’étude s’intéresse davantage à la faisabilité d’un monde « tout bio » qu’aux moyens de le mettre en place ou de le faire fonctionner : l’aspect économique n’est ainsi pas du tout pris en compte.


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *