Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Les États généraux de l’alimentation sont lancés !

Économique

Les mauvais chiffres de la production agricole 2016

Élevage

États généraux de l’alimentation : la filière bouchère appelle à l’action

Tendances

Marques de distributeurs, un point sur le Made in France

Oui mais

Les consommateurs s’intéressent-ils à la dimension équitable de leurs aliments ?

La filière française équitable connait un développement spectaculaire, les ventes progressent de 155 % en 2016. Un sondage commandé par l’association Max Havelaar prouve que les français sont de plus en plus intéressés par la dimension équitable de leurs aliments. Mais les chiffres montrent aussi qu’au moment de l’achat, cette dimension ne constitue pas un critère prioritaire.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 23/06/2017 à 19:38

Commenter

Partager :

 width=Les attentes sociétales sont en train de changer le monde agricole et alimentaire. Les exigences de transparence, de qualité, d’éthique et de savoir-faire des consommateurs obligent les acteurs du monde agro-alimentaire à se réinventer avec des labels locaux, équitable, bio, sans OGM… L’association de commerce équitable Max Havelaar a commandé un sondage sur la vision qu’a le grand public de cette filière, à l’occasion de la quinzaine du commerce équitable, en mai 2017. Les résultats sont sans appel : les Français se disent très concernés.

Les Français, supporters des producteurs

Le sondage indique que 94 % des personnes interrogés considèrent important que leurs achats garantissent un juste prix au producteur (48 % considèrent « très important », et 46 % « plutôt important »). Ils désireraient même voir la législation prendre part à ce mouvement social : 94 % estiment que les règles du commerce international devraient s’inspirer des principes du commerce équitable. Dans ces conditions, il n’est guère étonnant de constater un essor de la filière équitable française : en 2015, le nombre de produits labellisés « équitables » par Max Havelaar a grimpé de 20 %. Les produits sont donc plus nombreux, mais aussi plus achetés : en 2016 les ventes de produits équitables français ont grimpé de 155 %. Le nombre de produit labellisés est particulièrement significatif, puisque pour 44 % des sondés il constitue le premier critère d’identification d’un produit équitable, devant la mention de l’origine (34 %) ou  la marque (8 %).

…mais trop peu concernés à l’achat

Pour autant, cette croissance remarquable est à nuancer. En effet, si 68 % des sondés sont prêts à « payer légèrement plus cher pour un produit équitable », cela un reste un critère très minoritaire une fois dans les rayonnages. À l’achat, seuls 35 % des personnes interrogées disent se demander qui est le producteur, et 26 % se demandent comment il est rémunéré. Il semble que le réflexe d’achat soit conditionné par trois grands critères : 73 % des consommateurs se demandent si le goût va plaire à la famille, 72 % se demandent s’il est bon pour la santé et 62 % se demandent d’où le produit vient.

 width=


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *