Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Les États généraux de l’alimentation sont lancés !

Économique

Les mauvais chiffres de la production agricole 2016

Élevage

États généraux de l’alimentation : la filière bouchère appelle à l’action

Tendances

Marques de distributeurs, un point sur le Made in France

Oui mais

L’homéopathie est-elle applicable à l’élevage ?

L’homéopathie vétérinaire peut-elle être appliquée aux élevages agricoles ? Oui, selon Patrice Rouchossé, vétérinaire homéopathe en Ardèche. Il explique qu’il s’agit d’une alternative souvent efficace aux traitements lourds et coûteux. Mais pour être pleinement fonctionnelle, elle doit être validée et encadrée par la loi, qui pour l’instant ne reconnait pas cette pratique.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 23/06/2017 à 19:27

Commenter

Partager :

Traiter un malade, et non pas une maladie. C’est la définition de l’homéopathie, pratique de médecine alternative qui s’est faite connaitre en occident au début du XIXe siècle. Alors que son usage se répand pour la médecine humaine, l’élevage agricole semble rester assez hermétique. L’homéopathie est-elle applicable à l’élevage ? Patrice Rouchossé, vétérinaire homéopathe en Ardèche, auteur de « Homéopathie et animaux » et intervenant lors de congrès internationaux, affirme qu’elle peut constituer une alternative avantageuse dans de nombreuses situations.

 width=

L’éleveur, médiateur entre l’homéopathe et l’animal

L’homéopathie repose sur le principe de similitudes, selon lequel une substance toxique à certaines doses pourra s’avérer curative à doses infimes. Un tel traitement doit prendre en compte l’ensemble des symptômes de l’animal et la façon dont il les exprime, son caractère, ses réactions. « Voila pourquoi l’éleveur est un médiateur indispensable entre l’homéopathe et l’animal, explique Patrice Rouchossé. Bien sûr, l’efficacité de l’homéopathie dépend aussi du thérapeute, de la maladie, comme pour toute pratique médicale.»

Petite dose, gros avantages

« En France, on a une image un peu ésotérique de l’homéopathie. On y a recours quand on a éliminé toutes les autres solutions. Pourtant, dans certains pays, elle est tout à fait officielle et utilisée au quotidien », précise Patrice Rouchossé. Selon lui, la méthode est peu onéreuse, comparée aux traitements habituels et dans un certains nombres de cas, elle s’avère autant, voire plus efficace. Enfin, l’absence de résidus chimiques dans le produit final (le lait par exemple) enlève un poids aux exploitants, qui doivent habituellement surveiller très étroitement les traces de médicaments dans les productions animales.

Un problème de législation

L’homéopathie reste toutefois peu pratiquée aujourd’hui en France. Selon Partice Rouchossé, la faute en revient à la législation française et européenne, trop « frileuse ». « Il suffirait de faire des études scientifiques pour prouver que ça marche. On est face à un paradoxe immense : beaucoup de médicaments homéopathiques sont interdits parce qu’ils pourraient être dangereux, mais on refuse de financer des recherches parce qu’on considère que les doses sont tellement petites qu’elles ne peuvent avoir aucun effet », explique-t-il.

Un essor de l’homéopathie serait, selon le spécialiste, bienvenu dans le cadre du plan ÉcoAntibio, qui vise à réduire l’usage des antibiotiques vétérinaires.

 


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *