Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Edito

Gilets jaunes et coquelicots rouges

Bio

L’observatoire de la restauration collective bio montre la voie à la loi Égalim

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Climat

La Poste expérimente un financement à base de « crédits carbone » pour la gestion durable des haies

Alimentation

Les projets agricoles finalistes des « Excellences » Open Agrifood sont connus

Oui mais

L’impact environnemental des circuits de proximité est-il moindre que celui des filières longues ?

Les circuits courts constituent un vrai levier de changement, via la relation rapprochée entre consommateur et producteur. Mais les modèles sont trop diversifiés pour conclure à un meilleur bilan environnemental que pour les filières longues. C'est ce qu'explique l'Ademe, qui publie le 27 juin un avis sur les circuits courts.

Par Eloi Pailloux - Publié le 20/07/2017 à 16:31

Commenter

Partager :

C’est l’un des projets d’Emmanuel Macron pour la restauration publique : augmenter la part de bio dans les menus, mais aussi de « local ». Les circuits de proximité sont mis en avant comme un vecteur de dynamisme pour les territoires et de réappropriation de l’alimentation par les consommateurs. La question du bilan environnemental de ces circuits, moins évidente, est abordée par l’Ademe dans un avis daté du 27 juin.

« En termes d’impact sur l’environnement, la diversité de ces circuits ne permet pas d’affirmer qu’ils présentent systématiquement un meilleur bilan environnemental que les circuits longs, notamment en matière de consommation d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre », écrivent les auteurs. Selon eux, les modes et pratiques de production restent plus déterminants en matière de bilan environnemental que le mode de distribution, notamment pour les produits de saison.

GES, une variable d’ajustement clé sur laquelle le consommateur influe

Pour l’Ademe, les gaz à effet de serre sont l’une des variables principales entre les différentes modalités de circuits courts. « Si les moyens de transports utilisés sont inadaptés, si la logistique est insuffisamment optimisée », les émissions de GES peuvent vite croitre. Quand, à l’inverse, « optimisés et sous certaines conditions, les circuits courts de proximité présentent un potentiel intéressant en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. » L’Ademe précise que le déplacement du consommateur est important dans cette perspective : rationaliser le transport des marchandises « en gros » perd du sens si le kilométrage des produits, dans le coffre du consommateur, est trop élevé.

L’Ademe met toutefois en avant l’enclenchement d’un cercle vertueux avec les circuits courts ou de proximité : en renforçant le lien entre producteur et consommateur et en fluidifiant l’expression des attentes réciproques entre eux, ils présentent « un réel potentiel en matière de consommation durable. »


Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “L’impact environnemental des circuits de proximité est-il moindre que celui des filières longues ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *