Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Guillaume Garot : « Associer l’éducation nationale à la lutte contre le gaspillage »

Alimentation

Open agrifood mise sur l’intelligence collective

Modes de production

Mutualiser le matériel agricole, une pratique gagnant-gagnant

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

Non car

Une agriculture sans élevage, est-ce durable ?

Par Campagnes & Environnement - Publié le 23/06/2017 à 16:12

Commenter

Partager :

Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique adjoint Agriculture de l’Inra avertit : « Avec la suppression des ruminants, les paysages se fermeront, comme dans les Vosges suite à l’abandon de cette filière, laissant la place aux forêts dans les zones non cultivables. La fertilisation azotée organique sera perdue, tout comme la biodiversité associée aux prairies. » Et pour compenser les protéines animales dans l’alimentation humaine par celles d’origines végétales ? « Une population végane a besoin de plus de surfaces pour se nourrir. Une partie des grains n’est pas consommable, elle est donc perdue alors que les animaux transforment cette partie en protéines animales de haute valeur nutritionnelle, complète Jean-Louis Peyraud. Et dédier plus de parcelles à la culture n’est pas envisageable partout. »

Sans oublier que ce sont les ruminants qui valorisent le mieux les co-produits : drèches, tourteauxde colza et de tournesol… Seuls 60 % des composants du blé entrent dans la chaîne alimentaire humaine. Si certains voient une ouverture vers la bio-économie, « l’alimentation est prioritaire », rappelle Jean-Louis Peyraud. Et dans l’atténuation du changement climatique, le stockage du carbone dans le sol des prairies entretenues par les ruminants et les haies qui les bordent, est à consigner au bénéfice de ces filières.

Enfin, l’élevage représente 45 % de la production agricole en Europe et 4 millions d’emplois. Pour autant les filières animales doivent modifier des pratiques. L’effort se porte sur l’autonomie protéique en cultivant plus de légumineuses. Source de protéines pour les animaux, elles enrichissent le sol en azote, limitent les achats d’engrais azotés, émetteurs de gaz à effet de serre. L’aliment local est privilégié. Les animaux ne sont plus nourris avec du soja provenant d’Amérique du sud.

Le bien-être animal et la gestion des risques de résistances aux maladies infectieuses constituent les deux autres points d’amélioration.


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *