Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Les chèques alimentaires peuvent-ils conjuguer pouvoir d’achat et made in France ?

Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Les ministres de l'Agriculture, de la Santé et le secrétaire d'État chargé de la santé au travail ont présenté, le 23 novembre, une feuille de route pour prévenir le mal-être et accompagner les agriculteurs en difficulté. 12 M€ supplémentaires par an sont annoncés pour financer de nouvelles actions.

Par Laure Hänggi - Publié le 08/12/2021 à 10:25

Commenter

Partager :

Humaniser, aller vers, prévenir et accompagner : voilà les grands axes de la feuille de route pour la prévention du mal-être et l’accompagnement des agriculteurs en difficulté, présentée par le Gouvernement le 23 novembre. Celle-ci a été construite dans le cadre d’une large consultation associant, entre autres, des représentants des organisations professionnelles agricoles, des chambres d’agriculture, la Coopération agricole, l’ordre des médecins, etc.

« Redonner sa valeur humaine à notre agriculture, c’est au fond (ré)instaurer davantage de contact, de bienveillance et de confiance avec nos agriculteurs. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons mieux repérer les situations de détresse et y faire face collectivement », a réagi Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture.

Un budget revalorisé

Pour concrétiser ces ambitions, plusieurs mesures ont été annoncées, parmi lesquelles la mise en place, dans chaque département, d’une cellule dédiée à la question du mal-être agricole d’ici à la fin 2022. Les réseaux existants de « sentinelles » seront structurés et dotés d’outils pour permettre aux volontaires d’améliorer leur action. Les dispositifs économiques d’accompagnement des agriculteurs en difficulté ou de remplacement en cas de maladie ou d’accidents du travail seront, quant à eux, renforcés. Pour financer l’ensemble de ces actions, le Gouvernement annonce un budget supplémentaire de 12 millions d’euros par an. Par ailleurs, alors que la moitié des chefs d’exploitation partira en retraite d’ici à 2030, le ministère de l’Agriculture explique qu’il poursuivra son action pour valoriser les productions et métiers du secteur, qui souffrent encore trop souvent, selon lui, des idées reçues.

Renforcement du dispositif Agri’écoute

Enfin, conjointement à ces annonces, la Mutualité sociale agricole (MSA) a annoncé renforcer son dispositif Agri’écoute, qui permet aux adhérents de discuter anonymement avec un psychologue. Depuis le 22 novembre, ce service est complété par une plateforme de discussion en ligne, permettant de prendre contact avec un psychologue 24h/24. Depuis début 2021, Agri’écoute a reçu 2904 appels.

Des réactions partagées

Dans un communiqué conjoint, la FNSEA, les Jeunes agriculteurs et les chambres d’agriculture ont salué ces annonces. « Cette feuille de route marque la volonté partagée par la profession et les pouvoirs publics de tout faire pour réduire une surmortalité de 30 % par suicide au sein des populations agricoles », ont souligné les organisations, qui insistent sur le caractère essentiel de la rémunération et la considération des agriculteurs. Pour sa part, l’association Solidarité Paysans regrette que la feuille de route « ne s’attaque pas aux responsabilités collectives des difficultés » et ne prenne pas davantage en compte « la faiblesse du revenu des agriculteurs », l’isolement ou la surcharge de travail. « Cette feuille de route est biaisée par l’identification des agriculteurs en difficulté par des « sentinelles » en grande partie créancières des agriculteurs ! »

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs”

Répondre à Jeannot Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.