Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Alimentation

Analyse – « Les régimes alimentaires de demain seront plus diversifiés, avec plus de produits carnés »

Présidente de l'Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (Agreenium), Marion Guillou est intervenue jeudi 5 juillet 2018 lors du forum « L'Agriculture en 3D : défense, diplomatie, développement », organisé à Paris. L'occasion d'insister sur les enjeux et l'évolution de notre alimentation.

Par Charles-Albert Bareth - Publié le 10/07/2018 à 18:53

Commenter

Partager :

Marion Guillou

Auteure d’un rapport sur l’agro-écologie en 2013, à la demande du ministre de l’Agriculture d’alors, Stéphane Le Foll, Marion Guillou est aujourd’hui présidente de l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (Agreenium). Elle est intervenue, le 5 juillet 2018, lors du forum « L’Agriculture en 3D : défense, diplomatie, développement », au centre de conférences du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Des régimes changeants,
au cœur des enjeux alimentaires

L’occasion d’exprimer cette crainte : il sera difficile de nourrir tout le monde en 2050. « En 200 ans, nous sommes passés d’un à sept milliards d’habitants », attaque-t-elle. C’est au cœur de nos assiettes que se trouve l’ornière principale, selon elle. « Ce sont les régimes alimentaires qui posent problème, plus que la question démographique », affirme la présidente d’Agreenium. Et d’expliquer : « Nous sommes passés de 2,370 à 2,770 kilocalories d’aliments consommés par personne », sans oublier les cas extrêmes, comme aux États-Unis où « un habitant consomme en moyenne 4,800 kilocalories. »

Orienter les habitudes par l’éducation

Optimiste malgré tout, Marion Guillou pense qu’il est possible de nourrir le monde en 2050, à condition de se poser les bonnes questions. Et notamment : « Qu’est-ce que les gens vont vouloir manger ? » Voilà, pour Marion Guillou, la question essentielle si l’on veut réussir à nourrir l’humanité dans un peu plus de 30 ans. « Le vieillissement de la population implique des demandes alimentaires différentes, analyse-t-elle. En Afrique et en Asie, il y aura une augmentation de la population. » Avec l’augmentation de leur niveau de vie, les Asiatiques devraient consommer plus de viande dans leur alimentation.

De manière générale, les régimes alimentaires de demain auront plus de diversité et de produits carnés. Et pour canaliser ces modes d’alimentation vers plus de durabilité, « l’injonction ne marche pas », souligne-t-elle. En revanche, « la sensibilisation dans les écoles marchent », identifiant ainsi les voies à suivre…

Conférence Agriculture en 3 D @Le_Demeter @francediplo Marion Guillou présidente Agreenium @guillougeek l’#agriculture et la #pêche sont les moyens les plus efficaces pour réduire la pauvreté et nourrir le monde . pic.twitter.com/1yPCZhtPfa

— Agreenium (@Agreenium) 5 juillet 2018

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *