Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le gouvernement veut impulser un nouvel élan pour son site « Sortir du glyphosate »

Initiative

Quand le don de denrées agricoles prend l’aspiration du Tour de France

Politique

Désaccord majeur des filières agricoles françaises sur le Mercosur

Bio

Un menu bio nécessite moins de surfaces agricoles, d’énergie et émet moins de gaz à effet de serre (étude)

Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Abeilles

Au chevet des pollinisateurs sauvages au-delà des frontières

Le projet Sapoll souhaite contribuer à sauver les pollinisateurs sauvages de la zone transfrontalière France-Wallonie-Flandre en menant des actions coordonnées visant à homogénéiser et partager les compétences sur le territoire.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 18/05/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

Le projet Sapoll initie la mise en place, avec les acteurs de Wallonie, de Flandre et du nord de la France, d’un plan d’actions transfrontalier en faveur des pollinisateurs sauvages : abeilles solitaires, bourdons, coléoptères, papillons… Ces espèces sont indispensables au maintien de l’agriculture et des écosystèmes. La sensibilisation et l’accompagnement à l’action sont tournés vers un public très large composé de citoyens, décideurs, entrepreneurs ou gestionnaires d’espaces.

Des actions de communication, de sensibilisation et de sciences participatives sont conduites auprès du grand public. Une mobilisation des réseaux d’observateurs est réalisée en développant les échanges au sein du tissu naturaliste transfrontalier. Enfin, un suivi scientifique des pollinisateurs est entrepris sur l’ensemble du territoire.

Ce projet, co-construit avec les acteurs du territoire transfrontalier, dont l’association Eden 62 et le Conservatoire d’espaces naturels Nord-Pas-de-Calais, bénéficie du soutien du Fonds européen de développement.

Aller plus loin.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *