Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et protection des riverains, la polémique pulvérise des records d’agitation médiatique

Pesticides

Fongicides SDHI, entretien avec Gérard Lasfargues, directeur général délégué du pôle sciences pour l’expertise de l’Anses

Bio

Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs

Initiative

Élevage, quand les élèves de lycées agricoles s’adressent à ceux des filières générales

Pesticides

Le maire qui souhaitait limiter les pesticides près des habitations de son village débouté par la justice

Modes de production

Avec « Éleveurs et bien », la filière cunicole française s’engage pour le bien-être animal

Lancée en 2017, la démarche « Éleveurs et bien » regroupe les trois acteurs principaux de la filière cunicole française. Son objectif : développer un modèle d'élevage alternatif des lapins, respectueux du bien-être animal. Le projet a été récompensé, le 27 juin, par l'association CIWF, œuvrant pour le développement de pratiques d'élevage plus respectueuses.

Par Laure Hänggi - Publié le 04/07/2019 à 17:18

Commenter

Partager :

À l’occasion des Trophées bien-être animal, organisés le 27 juin, l’association CIWF, promouvant des pratiques d’élevage respectueuses, a récompensé 50 initiatives de l’agro-alimentaire. Dont quinze françaises. Parmi elles, la démarche « Éleveurs et bien », et plus particulièrement sa marque « Lapin & bien », a reçu le « Trophée de l’innovation en élevage de lapins ».

Ce projet a été initié en 2017 par les trois acteurs majeurs de la filière cunicole française : la coopérative de producteurs de lapin de la coopérative Cavac, la coopérative Terrena et la marque Loeul et Piriot. « Éleveurs de lapins, nous sommes exposés à un double enjeu : faire face à une consommation en repli régulier et à une évolution des attentes sociétales pour le bien-être animal. À nous, éleveurs, de réagir positivement à ces challenges ! », explique Stéphane Bouju, président de l’association Éleveurs et bien.

Un modèle d’élevage axé autour du bien-être animal

Principale axe du modèle d’élevage élaboré : les lapins ne sont plus dans des cages mais au sol, dans des enclos ouverts, assurant un minimum de 800 cm² de surface disponible par individu. Les autres points-clé du référentiel technique sont : une lumière naturelle (ou une transition lumineuse reproduisant une journée), une alimentation sans OGM, un refuge composé d’espaces surélevés permettant aux lapins de se reposer ou s’isoler, des aliments et équipements issus en priorité de production locales (moins de trois heures des élevages). Tous les élevages sont audités par un organisme indépendant et reconnu par l’État. L’ambition de la démarche pour 2025 : que 25 % de la production de chaque groupement d’éleveurs de lapins appliquent ce nouveau mode d’élevage hors-cage.

Des premiers retours d’expérience positifs

Pour Amélie Legrand, responsable des affaires agro-alimentaires pour CIWF France, le modèle d’élevage proposé par « Éleveurs et bien » est « une révolution pour la filière cunicole, en France comme en Europe. Aucun mode d’élevage au sol est allé aussi loin que celui-ci, à notre connaissance ». Du côté des éleveurs engagés, les premiers retours d’expérience sont également positifs. Ceux-ci notent une consommation d’aliments équivalente à celle observée en élevage conditionnel, et une forte réduction des comportements d’agressivité.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *