Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Plus de 8000 exploitations certifiées HVE en 2020

Agro-écologie

Af-Ter, lancement d’un fonds de financement pour l’agroforesterie

Alimentation

Open Agrifood souhaite un ministère de l’Alimentation collectif

Alimentation

Le ministre de l’Agriculture signe une charte de mise en avant des produits frais et locaux

Initiative

Avec Cultivons demain, objectif 1 milliard d’euros pour adapter l’agriculture au changement climatique

Élevage

Bien-être animal, le camion abattoir trace sa voie

Pour limiter le stress de l'abattage chez les animaux d'élevage, Emilie Jeannin, éleveuse, a conçu un abattoir mobile, pour se rendre dans les exploitations. Une campagne de financement participatif a été lancée pour soutenir le développement de ce projet. Une marque, Le Boeuf Ethique, a également été créée, soutenue par une diversité d'acteurs.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 24/07/2020 à 14:27

Commenter

Partager :

Elle s’est lancée seule, sans argent et avec une idée folle : concevoir un abattoir qui circule de ferme en ferme pour éviter aux bovins le stress du déplacement et de la mise à mort. En 2016, Emilie Jeannin éleveuse de charolais à Beurizot (Côte d’Or) fut « subjuguée » par le système suédois de remorques, véritable copié-collé d’abattoir miniature. On retrouve les étapes classiques : abattage, mise en carcasse, conservation réfrigérée, et stockage de la peau et des déchets.

Aujourd’hui, Emilie Jeannin est entourée d’une équipe organisée autour de Xavier Legrand, directeur général et d’investisseurs engagés en faveur du bien-être animal. Qu’ils soient agriculteurs, vétérinaires, ou financiers, tous ont apporté de quoi amorcer la construction du véhicule et le lancement de la marque Le Bœuf Ethique. Près de la moitié de l’investissement de 1,8 million d’euros est bouclé. Pour compléter, la SAS compte récolter 250 000 euros via une campagne de prêt participatif à un taux de 6% sur la plate-forme MiiMOSA.

Cinq bovins abattus par jour

Emilie Jeannin, éleveuse en Bourgogne initie une campagne de financement participatif sur le site MiiMOSA afin de récolter 250 000 euros

Si tout se déroule comme prévu, le camion abattoir pourrait prendre la route au premier semestre 2021. Le projet est très ambitieux. D’abord en terme humain puisque cinq personnes sont nécessaires pour travailler dans les remorques en présence d’un vétérinaire comme l’exige la loi. « Au début, seulement cinq bovins seront abattus par jour. Evidemment, la cadence est très très faible par rapport aux autres structures, concède la jeune femme. Le surcoût sera incorporé dans le prix payé au consommateur ». Pour éviter que cette viande ne devienne un luxe, Emilie Jeannin a éliminé certains intermédiaires. Le Boeuf Ethique achètera directement les animaux à leur propriétaire. En revanche, les produits seront commercialisés en grande distribution et chez les bouchers.

Le caisson, une expérience alternative

Le risque est également financier, même si l’équipe assure que la rentabilité devrait être atteinte en deux ans : « Avant d’investir, j’ai challengé le business model. Il est conservateur, c’est-à-dire prudent, assure Marthin Frétigné directeur financier. Je l’avoue : il se peut que je perde de l’argent. Mais je me considère comme un « invest acteur. »

Le Boeuf Ethique s’inspire du modèle suédois d’abattage.

Hasard du calendrier, un collectif d’éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée (AALVie) pilote depuis juillet une campagne pour financer un système plus modeste, dit de caisson. L’objectif reste identique : abattre le bétail sur son lieu de vie. Mais après la saignée, l’animal est transporté en moins de deux heures dans une unité fixe. Seul hic, aucun abattoir n’est pour l’heure décidé à achever le travail. Du coup, le collectif compte investir dans des ateliers de découpe.

Enfin, quelle que soit l’innovation, rien ne garantit que la mort à domicile soit moins traumatisante. Pour lever le doute, Emilie Jeannin assure « avoir pris contact avec deux associations l’Afaad et l’Oaba, qui pourront se rendre compte sur place. » En revanche, pas question d’ouvrir les portes de l’abattoir mobile aux consommateurs.

Marie Nicot

* AFAAD : Association en faveur de l’abattage des animaux dans la dignité.

** OABA : Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Bien-être animal, le camion abattoir trace sa voie”

Répondre à fiess Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *