Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Les chèques alimentaires peuvent-ils conjuguer pouvoir d’achat et made in France ?

Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Bio

BioDemain, une marque qui soutient les producteurs en conversion vers une agriculture biologique

BioDemain, une marque qui valorise les produits des agriculteurs en conversion vers une agriculture biologique, profite de l’ouverture prochaine du salon de l’Agriculture, fin février, pour réaffirmer ses engagements. 150 agriculteurs ont déjà été accompagnés en France. La marque souhaite désormais s'implanter en Belgique.

Par Eugénie Bourgeois - Publié le 16/02/2022 à 09:23

Commenter

Partager :

Depuis quelques années, des démarches voient le jour dans le secteur privé pour accompagner les conversions en agriculture biologique. C’est le cas de BioDemain, une marque créée en 2018 qui a choisi le credo des produits issus des exploitations « pas (encore) bio ». A l’occasion du Salon de l’agriculture qui débute le 26 février prochain, elle réaffirme ses engagements pour une agriculture plus durable.

LES DIFFICULTÉS DE LA CONVERSION EN AGRICULTURE BIO

Selon le type de production concernée, les agriculteurs doivent attendre deux à trois ans à partir du moment où ils commencent à suivre le cahier des charges pour être labellisés bio. Durant cette période, ils travaillent de la même manière qu’en agriculture biologique, ce qui implique des charges plus importantes et des rendements plus faibles. Cependant, ne disposant pas du label, leur production est encore vendue au prix du marché conventionnel. Leur rémunération est donc bien évidemment réduite. Des aides de l’Etat existent pour les aider à traverser cette période délicate, mais BioDemain indique qu’elles sont souvent insuffisantes et payées tardivement.

150 AGRICULTEURS SOUTENUS

La marque s’appuie sur l’idée que la charge qui incombe au passage en bio n’a pas à être supportée par les agriculteurs seuls. Comme le précise Maxime Durand, qui en est le cofondateur : « Chez BioDemain, nous pensons qu’un agriculteur qui change pour cultiver de manière durable ne devrait pas se retrouver seul face à de telles difficultés. Il appartient à chacune et chacun d’entre nous, producteur, distributeur, consommateur, de contribuer à ce nouveau modèle ». 

Elle couvre plusieurs filières agricoles et propose une gamme de produits variés : miel, soupes, farine, jus de fruits… présents dans plus de 300 magasins en France et disponible dans des épiceries en ligne. L’ensemble de ces produits « pas (encore) bio » sont vendus à un prix que BioDemain estime plus juste, c’est-à-dire situé entre celui du conventionnel et celui du bio. En moyenne, la rémunération versée aux producteurs est 62% plus élevée par rapport à la rémunération prévue sans l’accompagnement de la marque. 150 agriculteurs français ont déjà pu bénéficier du soutien de BioDemain. 

Depuis janvier 2022, la marque cherche à s’implanter auprès des agriculteurs belges, toujours dans l’optique de valoriser à un prix juste la production de ceux qui choisissent de se convertir en agriculture biologique.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.