Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Alimentation

Neuf enseignes vont tester le Planet-score dans leurs rayons

Labels

Un « sentiment d’essoufflement » pour les Siqo

Initiative

Transition souhaite accompagner un millier d’agriculteurs vers le bio d’ici à 2023

Biodiversité

Biodiversité, un rapport appelle à une « réforme urgente » des systèmes alimentaires

Un rapport publié le 3 février 2021 par le think-tank anglais Chatham House, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et l'ONG CIWF appelle à une réforme urgente de notre système alimentaire pour préserver la biodiversité. Trois mesures sont mises en avant.

Par Yasemine Sunar - Publié le 04/02/2021 à 17:57

Commenter

Partager :

Les activités humaines, telles que les changements d’utilisation des terres, la pollution et le changement climatique sont souvent mises en cause pour leur impact sur la biodiversité. Dans un rapport publié le 3 février, le think tank anglais Chatham House, associé au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’ONG CIWF, se focalise plus particulièrement sur le système alimentaire, qui représenterait 30% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Selon le document, cela placerait le secteur en tête des facteurs de perte de biodiversité. « L’agriculture [est] à elle seule la menace identifiée pour 24 000 des 28 000 (86 %) espèces menacées d’extinction », indique un communiqué publié par les organisations partenaires à l’occasion de la diffusion du rapport.

Trois mesures interdépendantes 

Pour contrer cette tendance, les auteurs du document appellent à « une réforme urgente » et formulent en ce sens trois mesures. La première plaide pour une modification des habitudes alimentaires mondiales en allant vers des régimes plus riches en végétaux, « principalement en raison de l’impact disproportionné de l’élevage sur la biodiversité, l’utilisation des terres et l’environnement. » La deuxième appeler à protéger les terres voire même à en laisser certaines à l’état sauvage, afin de restaurer des écosystèmes. Enfin la troisième souhaite limiter l’utilisation d’intrants dans l’agriculture, et remplacer la monoculture par des polycultures.

« Notre système alimentaire actuel est une épée à double tranchant – façonné par des décennies de paradigme de « nourriture à bas coût « , visant à produire plus de nourriture, rapidement et à moindre coût sans tenir compte des coûts cachés pour la biodiversité et pour notre propre santé. La réforme de notre mode de production et de consommation alimentaire est une urgence », a ainsi déclaré Susan Gardner, directrice de la division des écosystèmes du PNUE lors de la présentation du rapport.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Biodiversité, un rapport appelle à une « réforme urgente » des systèmes alimentaires”

Répondre à lacourt Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *