Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Modes de production

Bretagne : la démarche Écophyto expliquée au grand public

Écophyto vise à réduire l'usage des pesticides en France. Un groupe breton producteur de tomates veut sensibiliser le grand public à cette démarche, que ses enjeux très techniques rendent parfois peu lisible.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/10/2017 à 18:35

Commenter

Partager :

Fin 2016, les producteurs de tomates Prince de Bretagne ont décidé de s’impliquer dans le plan national Écophyto 2, mis en place par le ministère de l’Agriculture, dans le cadre d’une directive de l’Union Européenne. Cette démarche a pour double objectif de travailler à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires tout en s’assurant de la pérennité des exploitations.

Premier producteur de tomates de France en volume, le groupe réunit cent maraîchers répartis sur la côte nord bretonne. Seize d’entre eux travaillent, pendant cinq ans sur des pratiques alternatives, tant sur l’utilisation des produits de biocontrôle que sur le renforcement des méthodes biologiques. Il s’agit de la première démarche du genre dans des serres de tomates non expérimentales.

Dans une optique de partage, les producteurs Prince de Bretagne sont habitués à recevoir des clients ou tout visiteur qui en fait la demande. Ils souhaitent aller encore plus loin en ouvrant leurs exploitations au grand public, dès le printemps prochain, afin de faire découvrir les techniques alternatives et innovantes qu’ils emploient.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *