Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Cantines 100% bio : c’est possible

Une commune des Alpes-Maritimes propose désormais dans les trois cantines de ses écoles primaires des menus 100 % bio. Une initiative économique pour les parents d'élèves.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 14/04/2016 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
La ville de Mouans-Sartoux collabore avec l'association Un plus bio pour partager son expérience avec d'autres communes.

Des cantines 100 % bio : dans les Alpes-Maritimes, la commune de Mouans-Sartoux est la première à avoir réussi le pari. Un pied de nez à la suppression de l'amendement « 20 % de bio dans la restauration collective à l'horizon 2020 », par le Sénat le 2 mars, pour la loi visant à favoriser l’ancrage territorial de l’alimentation. Les menus ont changé dans les cantines des trois écoles primaires : davantage de légumes de saison locaux, et que du bio.

Gaspiller moins pour payer moins
« Un repas moyen, c'est 450 grammes d'aliments qui terminent à la poubelle. Grâce aux circuits courts, qui permettent de cuisiner en flux tendu, nous sommes parvenus à atteindre seulement 30 grammes de déchets alimentaires », explique Gilles Perole, adjoint au maire de Mouans-Sartoux. Les enfants ont également le choix entre deux rations, en fonction de leur appétit. Une diminution significative du gaspillage alimentaire, qui a pour conséquence de faire diminuer le prix des repas pour les parents: contre 1,92 euros en 2008, il revient à 1,86 euros aujourd'hui.

Une production relocalisée
La ville a acheté quatre hectares des terres cultivables et engagé un agriculteur avec le statut d'employé communal. Les légumes servis dans les trois cantines y sont majoritairement produits. D'autre part, contrairement au schéma classique des repas élaborés à l'avance dans une cuisine centrale, trois cuisines préparent sur place, au jour le jour, les repas des écoliers.

La ville collabore aujourd'hui avec l'association Un plus bio pour partager son expérience avec d'autres communes.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *